Cet article date de plus de huit ans.

Syrie : la question du vote fait toujours débat

écouter (5min)
Ce mercredi, le Sénat et l'Assemblée nationale vont débattre d'une éventuelle intervention en Syrie. A l'issue de ces causeries il n'y aura pas de vote. Pourtant dans les médias le débat porte toujours sur la nécessité d'un vote.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Que les débats soient enflammés ou non, ils n'auront pas de
prise réel sur les évènements. Laurent Fabius, le ministre des Affaires
étrangères a d'ailleurs balayé ce matin sur France Info la question du vote.
 "Il y a eu tout un débat qui a l'air de diminuer. Le
vote aujourd'hui n'aurait pas de sens parce qu'il n'y a pas tous les éléments
réunis, on ne sait pas si le Congrès des Etats-Unis va dire oui ou non, et quel
sens cela aurait de demander aux députés de voter une action qui n'aurait pas
lieu. Je crois que pour ce qui est d'aujourd'hui plus personne ne demande de
vote.
"

Pour le président de l'UMP, Jean-François Copé, un vote de
l'Assemblée nationale dépend de la position de l'ONU :
"Je ne suis
pas certain que ce soit toujours l'intérêt de la France d'avoir un président
qui dépende complètement d'un calendrier parlementaire. Cela dit, ce dont nous
sommes convenus, c'est que s'il n'y avait pas de mandat de l'ONU, alors cela peut
avoir du sens de faire un vote compte tenu de ces circonstances.
"

Et comme tout le monde s'en mêle et parfois s'emmêle, le
ministre délégué des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a essayé
d'être clair sur iTélé : "Si quelqu'un doit prendre la décision de
consulter le Parlement c'est le président de la République. J'ai dit, je le
redis, ce sujet n'est pas tabou, c'est une hypothèse qui reste possible. Quand je
dis que ce n'est pas tabou cela veut dire que le président n'a pas pris la
décision inverse, celle de ne pas consulter le Parlement.
"

François Bayrou candidat à Pau ?

Le président du Modem ne veut pas encore répondre mais il n'a
pas décidé de ne pas y aller. François Bayrou avait été battu aux législatives
en juin 2013 après avoir apporté son soutien à François Hollande dans l'entre
deux tours de la présidentielle.

Depuis, il n'a plus de mandat et, ô surprise, la maire
sortante socialiste de Pau ne va pas se représenter. Martine Lignières-Cassou avait
battu François Bayrou au second tour en 2008. Va-t-il retenter sa chance ? "Chez nous, en Béarn, on n'aime pas que les
informations, les réflexions viennent de Paris. Il y a une réflexion à
conduire, je la conduis avec beaucoup de gens. Il y a un rassemblement à faire
parce que c'est une ville qui a besoin de changement. Je parle à mes
concitoyens de Pau au milieu d'eux.
"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.