Cet article date de plus de sept ans.

Poussée de fièvre à l'Assemblée

écouter (5min)
Les chiffres du chômage seront connus en fin de journée. Michel Sapin a déclaré vouloir moins de chômeurs à la fin de l'année et cela laisse présager de mauvais chiffres à annoncer. De son côté, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, a rappelé à Claude Goasguen ses sympathies de jeunesse pour l'extrême droite. Cette déclaration n'a pas laissé la classe politique de marbre.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est un révélateur, un révélateur des inquiétudes du gouvernement pour le sénateur UMP et ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

"Il y a beaucoup de nervosité. On sent que le gouvernement est très nerveux, très inquiet, probablement qu'il vit ses dernières heures ou ses derniers jours. Donc, il y a une tension qui est très sensible. Hier, le ministre de l'Intérieur a quelque peu dérapé. Je crois que par cette brutalité il a raté la marche de Matignon. C'est pour lui une faute. "

Manuel Valls ne sera pas le prochain Premier ministre, c'est ce que pense donc Jean-Pierre Raffarin invité de France Inter.

Pour le vice-président du Front national, Florian Philippot, tout cela c'est du spectacle.

"Ce mouvement c'est du cinéma entre les deux compères de la vie politique française que sont l'UMP et le PS. D'abord on se moque pertinemment et tout le monde se moque en France du passé politique de Monsieur Goasguen qui date de la fin des années 60. On attend les responsables politique sur les vrais sujets, le chômage, la sécurité, le pouvoir d'achat, l'Europe, et on les voit dans une cour de récréation profiter du moindre incident pour essayer de créer une polémique, un buzz. Tout cela est grotesque et pas à la hauteur. "

Aujourd'hui, l'UMP boycottera les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale et le ministre Arnaud Montebourg, sur BFMTV, s'en moque.

"C'est un grand classique de l'arène parlementaire. Je pense qu'il faut s'attacher au contenu. C'est beaucoup de bruit pour rien, une tempête dans un verre d'eau. "

Sur France Info, c'est un gros râleur de l'UMP qui était invité. Henri Guaino, député et ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, est très en colère contre la direction de l'UMP et contre son fonctionnement.

"On ne peut pas continuer à avoir quelques notables qui se comportent comme s'ils étaient seuls copropriétaires de cette famille politique, engageant tout le monde sans demander l'avis de personne. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.