L'info politique - le 9h10, France info

L'affaire Leonarda s'envenime

Entre les mensonges du père de Leonarda et les manifestations lycéennes, le dossier se complique encore pour le gouvernement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Manuel Valls est sur la sellette. Les jeunes manifestants
demandent sa démission. Le ministre de l'Intérieur doit-il quitter le
gouvernement ? Non, répond Vincent Peillon, son collègue à l'Education, premier
à manifester son trouble dans cette affaire, dès mercredi dans la cour de
l'Elysée et premier à demander la "sanctuarisation " du temps scolaire
en matière d'expulsion.

"Je crois et j'entends qu'il y aurait des polémiques
au gouvernement. Non, il y a une politique du gouvernement. Nous avons eu un
échange avec Manuel Valls dès mardi et nous n'avons jamais été sur une ligne
différente. Il faut de la fermeté, de l'humanité et nos principes seront
réaffirmés collectivement. Il n'y a jamais eu d'opposition entre nous.
"

La colère des lycéens

Sur Europe 1, Vincent Peillon, le ministre de
l'Education, demande aux lycéens de rentrer chez eux.

"Je demande aux lycéens de ne pas tout amalgamer et je
leur demande, puisqu'ils veulent le droit à l'éducation, de ne pas bloquer ceux
qui souhaitent entrer dans leurs lycées. Je leur demande de rentrer dans leurs
établissements.
"

Les lycéens vont-ils "rentrer dans leurs
établissements
" ? sûrement car les vacances de la Toussaint commencent ce
soir. En attendant, Harlem Désir comprend ces lycéens qui manifestent. Le
patron du PS s'émeut lui aussi de la situation de la jeune Leonarda et se fait
lyrique.

"Quand la jeunesse de France exprime sa solidarité
avec des camarades étrangers, des lycées, dans un moment où il y a tant d'intolérance
c'est un message très fort. Cette jeune fille est un formidable parcours d'intégration
dans la République. Elle se bat pour apprendre le français depuis plus de
quatre ans. C'est pourquoi j'ai demandé qu'elle puisse revenir en France et
continuer cette intégration.
"

Le respect de la loi

Les sentiments, c'est bien joli, mais attention à ne pas
oublier la règle républicaine, et les millions de chômeurs français qui
seraient "menacés par une libération totale des flux migratoires ", rappelle
Jean-Pierre Chevènement, ex ministre de l'Intérieur de François Mitterrand, sur
LCI.

"C'est la loi qui protège et c'est la liberté qui
prime. Donc le respect de la loi, et en l'occurrence loi sur le séjour, tend à
faire en sorte que soit pris en compte les intérêts des 3,2 millions de chômeurs
qui existent en France et au-delà de tous ceux qui peuvent être menacés d'une
libération totale des flux migratoires.
"

Une nouvelle polémique

Anne-Sophie Leclère est candidate aux municipales à Rethel,
dans les Ardennes, et, dans un reportage d'Envoyé Spécial diffusé ce jeudi soir
sur France 2, elle compare la ministre de la Justice Christiane Taubira à un
singe. "Je préfère la voir dans les branches plutôt qu'au
gouvernement
".

Du "racisme pur et dur ", dénonce sur iTélé le
co-président du groupe écologiste à l'Assemblée François de Rugy.

"C'est très grave et très choquant parce que cela
montre qu'il y a une espèce de libération en France, avec le Front national
mais pas uniquement, de la parole raciste. C'est du racisme pur et dur. La
droite classique a fait des allusions assez nauséabondes et il y a quelque
chose qu'il faut combattre fermement notamment à l'occasion des municipales.
"

Anne-Sophie Leclère n'est plus candidate aux municipales. Le
Front national a annoncé ce vendredi matin la suspension de sa candidature. Le
vice-président du FN, Florian Philippot, déplore sur iTélé "une erreur de
casting
".

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)