L'histoire du jour, France info

Nina Wallet Intalou, une femme pour représenter les touaregs

Cette dirigeante touareg défend l'indépendance du nord du Mali et se bat en même temps contre les islamistes.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Nina Wallet Intalou, c'est d'abord une silhouette. Drappée dans une malafa, la  robe noire traditionnelle du Sahara, une cigarette à la main, elle reçoit chez elle, à Nouakchott. Elle s'est exilée dans la capitale de Mauritanie. Mais son esprit est ailleurs, dans le nord du Mali, dans la région de l'Azawad. Il y a quelques semaines, le MNLA, (le mouvement national de libération), a déclaré l'indépendance de l'Azawad.

Nina Wallet Intalou incarne cet espoir des touaregs : l'indépendance. Au nom du MNLA, comme d'autres dirigeants, elle négocie avec le gouvernement de Bamako. D'ailleurs, un représentant du pouvoir malien a trouvé une formule : "Nina, dit-il, c'est l'homme fort du groupe". Comme s'il fallait être un homme pour mener ce combat politique...

Nina Wallet Intalou, vous la découvrirez dans le Monde, dans le portrait d'Isabelle Mandraud. La dirigeante commence à être connue mais en fait, à 49 ans, elle a déjà une longue expérience. Elle est issue d'une tribu puissante, les Idnane. Dès les années 1980, elle parcourt l'Afrique, pour défendre la cause des Touaregs. En même temps, elle se lance dans les affaires. Elle passe une licence de droit public et à 26 ans, elle fonde une société de construction. Elle emploie 250 salariés. Elle se marie, elle a trois enfants, elle divorce. Puis elle décide de se consacrer davantage à la politique. Elle devient maire de Kidal, une ville du nord du Mali. Mais les islamistes - déjà eux - l'empêchent d'exercer ses fonctions, car elle est une femme.

Elle les retrouve aujourd'hui, à l'heure de l'indépendance. Et elle s'en méfie plus que jamais. Dans le Monde, elle le dit sans détour à Isabelle Mandraud : "Al Qaïda au Maghreb islamique est en train d'occuper notre territoire. Même les hommes ne peuvent plus fumer". Elle raconte la situation aujourd'hui dans la région de Tombouctou : "Les djihadistes ont ouvert un camp militaire. Ils proposent à des jeunes de leur donner un véhicule, une arme. Quelqu'un qui était à dos d'âne se retrouve avec un 4X4, c'est comme ça qu'ils embobinent les gens".

Nina Wallet Intalou appelle à l'aide, pour écarter Al Qaïda. Dans le Monde, elle interpelle les occidentaux : "il faut qu'ils s'impliquent. Depuis des mois, on nous promet une aide, mais il n'y a rien". Dans le nord du Mali, au milieu des islamistes, l'indépendance a un goût amer.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)