Taylor Swift, docteur honoris causa en beaux-arts, conseille les étudiants de l’université de New York pour faire face aux épreuves

écouter (2min)

La chanteuse a reçu un diplôme honorifique lors de la cérémonie de fin d’année de l’université NYU, devant des milliers d’étudiants. Après deux ans de pandémie, elle a donné ses pistes pour garder confiance en l’avenir et surmonter les épreuves de la vie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La chanteuse Taylor Shift reçoit un diplôme de docteur honoris causa en beaux-arts, à New York, le 18 mai 2022. (DIA DIPASUPIL / GETTY IMAGES NORTH AMERICA via AFP)

Avec ses 50 millions d’albums vendus et ses milliards de vues sur YouTube, Taylor Swift est une super star et elle accroche désormais à son palmarès une récompense inattendue : un diplôme de docteur honoris causa en beaux-arts, délivré par l’Université de New York pour saluer ses textes et ses compositions. Pour l’occasion, la chanteuse de 32 ans a été invitée à prononcer le discours d’ouverture de la cérémonie de remises des diplômes, devant des milliers d’étudiants réunis au Yankee Stadium. Un discours énormément repris, commenté, applaudi sur les réseaux sociaux et qui propose de poser un regard positif sur les épreuves de la vie. Ou comment ne pas perdre pied par les temps qui courent.

"D’abord, dit-elle, n’essayer pas de porter le monde entier sur vos épaules, c’est impossible, apprenez à faire le tri entre ce que vous gardez et ce que vous laissez. (...) Ensuite, ne cachez jamais votre enthousiasme. Je sais bien que, dans notre société, il est souvent mal vu de trop montrer qu’on en veut, qu’on est déterminé, mais la réussite sans effort, c’est un mythe, alors n’ayez jamais honte d’essayer. »
Et Taylor Swift enchaine ainsi pendant vingt minutes.

Des mots qui touchent juste après deux ans de pandémie

Elle dit aux jeunes de se méfier de la perfection, celle que l’on s’impose, surtout. Elle dit qu’une erreur, un raté n’est pas un échec, que souvent d’ailleurs, ce sont les faux-pas qui font avancer, "parce que tomber et devoir se relever, cela permet de voir qui est toujours là pour en rire avec vous." Evidemment c’est de sa vie qu’elle parle, celle d’une adolescente qui n’a pas fait d’étude, qui a arrêté d’aller à l’école à 12 ans pour faire de la musique, qui est devenu une star à 15 et qui, en parallèle de son succès planétaire, a essuyé humiliations, critiques, et harcèlement massif sur internet.

À la question de savoir comment ne pas se laisser atteindre par la négativité, elle sait donc assez bien de quoi elle parle. Et si ses conseils peuvent sembler dispensables, détrompez-vous. Après deux ans de pandémie, de maladie, de mort, de cours à distance, de confinements, de solitude, de doute, de déprime parfois, aux États-Unis comme en France d’ailleurs, ces mots positifs sont précisément ce que nombre de jeunes diplômés ont besoin d’entendre. Et sur les réseaux sociaux, les milliers de messages de remerciements confirment qu’elle a touché juste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.