En réalisant le rêve de 650 enfants malades, le catcheur John Cena bat un record unique en son genre

écouter (3min)

Le Guinness Book vient d’homologuer ce record unique : en 20 ans, le catcheur a répondu à 650 enfants malades qui ont émis le vœu de le rencontrer sur le site de l’association "Make a wish". C’est plus que n’importe quelle autre personnalité et ça compte beaucoup, d’après les médecins.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le catcheur John Cena lorsd'une rencontre avec un enfant malade sur le site YouTube de Make a Wish. (CAPTURE D'ÉCRAN)

C’est un record inattendu qu’il n’a pas obtenu sur un ring, et qu'il n'a pas non plus spécialement cherché à décrocher, mais le Guinness Book vient tout de même de l’homologuer. John Cena, 45 ans, 1m90 pour 110kg, treize fois vainqueur du championnat WWE, trois fois champion du monde poids-lourds, cinq fois champion des États-Unis, acteur aussi dans une dizaine de films, rappeur... bref, une énorme star du catch américain depuis une vingtaine d’années. Mais depuis 2002, il s’est donné une autre mission, plus discrète : celle d’aider les proches d’enfants malades en réalisant régulièrement les vœux émis sur le site de l’association Make a Wish. Et c’est ce record que le Guinness vient d’homologuer : celui d’avoir réalisé le plus de "rêves" d'enfants.

Sur ce site, tous les enfants de 2 à 18 ans atteints de maladie grave, cancer, myopathies, ou en attente de greffes peuvent écrire un souhait. Cela va de "Je rêve de voir une licorne" à "Je rêve d’aller à la mer". Mais il y a aussi souvent "Je rêve de rencontrer telle ou telle personnalité". Et c’est là que John Cena a pu faire quelque chose, en l’occurrence répondre "oui" à tous les enfants. Au total, en vingt ans, il a donc fait venir à ses combats 650 enfants, garçons, filles, de tous âges, toutes nationalités. Il leur a prêté ses ceintures de champion, il a passé des journées entières avec certains, fait monter les autres sur le ring. Parfois, aussi, il s’est déplacé à l’hôpital et le champion de dire qu'il "fait juste sa part".

"Sa part", il l’a fait plus qu’aucune autre célébrité réclamée par les enfants. Et ça compte. C’est ce que disent les médecins de l’association : l’échange donne de la force aux jeunes malades, la force de se battre, de résister. Cela soulage aussi les familles qui comprennent qu’elles ne sont pas seules et peuvent voir l’effet de la rencontre sur l’état de l’enfant sur le moment et dans les jours qui suivent, la joie, le sourire, la certitude que tout est donc possible. Évidemment, ce record ne sera pas inscrit au palmarès de John Cena, mais c’est peut-être celui qui porte le plus d’impact réel, concret, vital.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.