L'éphéméride, France info

26 novembre 1974, Simone Veil défend le droit à l'IVG

Il y a 40 ans, Simone Veil, alors ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing, montait à la tribune de l'Assemblée Nationale pour défendre la légalisation de l'avortement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Simone Veil à l'Assemblée nationale le 26 novembre 1974 © Maxppp)

Ce 26 novembre 1974, Simone Veil, alors ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing, monte à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre une loi historique - la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse.

A cette époque, chaque année, au moins 300.000 femmes mettaient leur vie en danger pour interrompre une grossesse non désirée. En défendant le droit à l'IVG, Simone Veil accomplit la volonté du président de la République, élu six mois plus tôt. Et pourtant, pendant trois jours et deux nuits, la jeune ministre quadragénaire va affronter l’hostilité et même l’agressivité d’une partie des députés de cette assemblée alors quasi exclusivement masculine...

Ces élus de la nation dénoncent une loi qui, ils n’en doutent pas, va porter un coup fatal à la démographie française, et au pays tout entier...

Mais la  légalisation de l’IVG est finalement votée par 284 voix contre 189...

Et 40 ans plus tard, les françaises ont prouvé à ces messieurs qu’ils étaient complètement à côté de la plaque… Année après année, la France reste en effet l’un des pays les plus fertiles de toute l’Europe

> Revoir le discours de Simone Veil à l'Assemblée nationale, le 26 novembre 1974

(Simone Veil à l'Assemblée nationale le 26 novembre 1974 © Maxppp)