"Willow", la série, 35 ans après le film culte de Ron Howard

écouter (3min)

Disney + lance sa série d'héroic fantasy mercredi 30 novembre, "Willow", inspirée du film culte de 1988 avec le même Warwick Davis. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Graham Hughes et Warwick Davis qui reprend son rôle de "Willow", 35 ans après le film de Ron Howard. (LUCASFILM LTD.)

Netflix avait sa série d’héroic fantasy The Witcher, adaptée d’un jeu vidéo. Amazon Les anneaux du pouvoir, tiré du Seigneur des anneaux. Disney + dégaine sa série d’héroic fantasy cette semaine : Willow.

Willow Ulfgood est un magicien amateur qui vit dans un village dit Nelwyn, avec ses congénères, tous nains. Une princesse qui vit à quelques lieux avec sa reine mère vient lui demander secours, après l’enlèvement de son frère par une armée de créatures spectaculaires. Alors que la paix règnait sur ce territoire, tous, ainsi que quelques amis, dont un prétendant au mariage, et une cuisinière du château, partent vers des contrées secrètes pour tenter de sauver le jeune homme. En chemin, ils rencontreront des soldats ensorcelés, des loups garous effrayants, des trolls, des sorciers et toutes sortes de créatures mystiques.

Willow est encore une fois inspirée d’une fiction déjà existante : un film présenté en 1988, au Festival de Cannes, imaginé par George Lucas, et réalisée par Ron Howard.  A l’époque, ses effets spéciaux avaient impressionné, et le film avait acquis un statut de film culte aux côtés d’autres films d’héroic fantasy comme Dark Crystal.

La nouvelle série se déroule plusieurs générations plus tard. Mais retrouve son acteur principal, celui pour qui George Lucas avait imaginé l’histoire, Warwick Davis, qu’on a vu entre temps dans les films Harry Potter dans le rôle du professeur Filius Flitwick et du gobelin Gripsec. Il n’a pour ainsi dire pas vieilli à l’écran. Il est par contre entouré d’une bande de jeunes acteurs américains.

Le résultat est assez mitigé

Les décors de villes imaginaires, de grottes, de plaines et de frontières entre deux mondes sont magnifiques. On ne lésine pas sur les costumes. La série parle d’amour sincère, d’amitié amoureuse. Mais plus qu’une série dense à la House of the dragon, on a l’impression d’être le héros d’un jeu vidéo, dans lequel les obstacles interviennent de façon linéaire.

Les effets spéciaux des batailles sont toujours impressionnants, mais les auteurs ont surtout mis l’accent sur les dialogues comiques qui feraient presque passer la série pour Friends, dans les contrées reculées des territoires inconnus. La série en huit épisodes sort mercredi 30 novembre sur Disney +.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.