"Périphériques, les mondes de Flynne", l'adaptation du roman de William Gibson

écouter (3min)

Les auteurs de la série futuriste "Westworld" poursuivent sur le filon cybernétique avec leur nouvelle série inspirée du roman du pape du cyberpunk, William Gibson. Même esthétique, même inspiration futuriste. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Flynne Fisher (Chloë Grace Moretz), l'héroïne de la série "Périphériques, les mondes de Flynne" sur Amazon Prime Video. (AMAZON PRIME VIDEO)

Flynne Fisher travaille dans un magasin d’imprimantes 3D dans une petite ville du sud-est des États-Unis en 2032. Elle s’occupe de sa mère non voyante à la maison. Son frère vit dans une roulotte à quelques pas, et passe son temps sur les jeux vidéos. Lorsqu’elle accepte de tester contre un gros chèque un nouveau jeu, sa vie va changer. Elle est propulsée à Londres en 2099, où d’immenses tours statues trônent sur la ville. Bientôt, le futur va envahir son quotidien.

C’est une superbe série de science-fiction que propose pour une fois Amazon  Prime Video, diffusée chaque vendredi. Dans la lignée de Westworld, une autre splendide série américaine qui racontait l’histoire d’êtres d’intelligence artificielle. Produit par les mêmes, le frère de Christopher Nolan, Jonathan Nolan, et Lisa Joy. Mais avec deux regards différents.

Lisa Joy : "Dans Westworld, j'analysais la conscience humaine à partir du regard distant d'une intelligence artificielle. C’était intéressant parce que on regardait la nature humaine de l'extérieur. Mais dans Périphériques, on part de personnages humains."

Périphériques est en fait l’adaptation d’un roman du pape du cyberpunk, William Gibson. C’est ce qui a intéressé Lisa Joy : "William Gibson a tellement fait école, c’est une icône. Quand j'ai lu le livre la première fois, ce qui m'a le plus frappée, c'est qu'il ne contient pas seulement sa signature futuriste, ses pronostics incroyablement précis qui, en fait, ne sont même plus futuristes, beaucoup de ce qu'il décrit dans le livre s'est déjà produit dans la société au cours des dernières années.

Mais ce que j'ai aussi aimé, c'est le travail sur les personnages. On entre dans cette histoire par l'intermédiaire de Flynne Fisher et de sa famille : ils sont tellement proches de nous, ici et maintenant, qu'ils nous permettent de nous situer dans l'aventure à venir, dans le monde à venir."

La série est magnifique. Elle réussit à créer deux univers bluffants. Et pour Lisa Joy, la science-fiction permet de raconter aussi le monde d’aujourd’hui : "Je suis attirée par les histoires qui sont intemporelles. D'une manière amusante, la science-fiction est juste de la mythologie, non ? Tous les mythes sont des allégories de l'existence humaine. Et parce que ce sont des allégories, elles sont intemporelles."

Périphériques, une série américaine à découvrir sur Prime Video chaque vendredi. Les trois premiers épisodes sont en ligne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.