Matt Smith, le bad boy préféré de "House of the Dragon"

écouter (3min)

Matt Smith incarne le personnage le plus sulfureux de la nouvelle série "House of the Dragon" qui s'achève cette nuit sur OCS : Daemon Targaryen. 

Article rédigé par
Laurent Valière - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"House of the Dragon" : Matt Smith est Daemon Targaryen, le prince rebelle. (HBO)

Matt Smith dans le rôle de Daemon Targaryen apporte à la série House of the Dragon, le souffle nécessaire. La série s'achève cette nuit sur OCS. Un rôle que l'ancien Docteur Who a pris comme une série tout à fait normale, malgré les effets spéciaux et la superproduction

Matt Smith est le bad boy qui a irradié House of the Dragon, cette première série qui tente de surfer sur le succès de Game of Thrones. L’histoire, 200 ans avant cette série culte des ancêtres de Daenarys Targaryen, la femme aux dragons. Durant cette saison qui s’achève cette nuit sur OCS, on a pu suivre un drame shakespearien, violent, sexuel au sein d’une famille on ne peut plus dysfonctionnelle. On a pu découvrir une héritière qui, parce qu’elle est une femme, pourrait voir le trône lui échapper. Des dragons à foison.

Mais c’est surtout le frère du roi qui a donné tout le sel, exécutant les pires actions… Un rôle incarné par le comédien britannique Matt Smith. Avec des cheveux longs et blonds qui rappellent la crinière de Daenarys. Cela ne l’a pas laissé insensible.

"Pour être honnête avec vous, précise Matt Smith, j'ai été séduit par sa perruque blonde. Dès que j'ai lu le scénario, je me suis dit : wow, quel personnage brillant. Parce qu’il y a quelque chose en lui de légèrement inconnu. Vous savez, on dit que les Targaryens jouent à pile ou face, et qu'ils tombent soit sur le bon côté, soit sur le mauvais. Je pense que sa pièce est toujours en l’air."

On avait découvert Matt Smith au début de la série The Crown, il incarnait le prince Philip, mari de la jeune Elizabeth II. Il a aussi incarné le plus jeune Doctor Who de l’histoire de la série britannique. Mais c’est la première fois avec House of the Dragon, qu’il endosse un tel rôle : "C'est un homme très violent. C'est vrai, mais c'est bizarre. Vous savez, j'espère que les gens ne le jugeront pas seulement comme une sorte de 'méchant', entre guillemets, parce que je pense qu'il a  une sorte d'énorme fragilité. Bizarrement, il pense qu'il fait ce qu'il faut. Mais c'est bizarre. C’est un monde très shakespearien, n'est-ce pas ?"

Pour accepter son rôle dans la série, on ne lui a laissé lire que les 5 premiers épisodes. Il ne savait pas s’il survivrait au delà. Un an de tournage, qui s’est achevé en février dernier. Une superproduction fastueuse avec des dragons, des costumes qu’il a abordé normalement : "Franchement, l’échelle est la même. Il faut arriver à une sorte d'intimité, de rythme, vous voyez ? Et en fin de compte, il s’agit toujours de deux personnes qui se font face dans une pièce. Peu importe s'il y a des cloches et des sifflets tout autour de soi."

Il était absent du 9e épisode qui, du coup, manquait de saveur. Il sera forcément de retour pour le final, de House of the Dragon , pour le meilleur ou pour le pire, cette nuit sur OCS.    

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.