L'empire des séries, France info

L'Empire des séries. "Les Romanoffs", la nouvelle série de Matthew Wyner, le créateur de "Mad Men"

Matthew Wyner, le créateur de la série "Mad Men" revient cette semaine avec une nouvelle création, "Les Romanoffs", diffusée sur la plateforme Amazon Prime Video.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marthe Keller et Inès Melab dans \"The Violet Hour\", le premier épisode des Romanoffs
Marthe Keller et Inès Melab dans "The Violet Hour", le premier épisode des Romanoffs (CHRISTOPHER RAPHAEL, Amazon)

Huit films de 90 minutes diffusés depuis vendredi sur la plateforme Amazon Prime Video à raison de deux épisodes par semaine. Matthew Wyner, le créateur de la série Mad Men revient avec une nouveauté, Les Romanoffs.

Une réalisatrice brutale sur le tournage d’une série

Un mari qui s’ennuie dans l’Amérique profonde tenté par l’adultère. Une vieille parisienne acariâtre et raciste face à une aide à domicile musulmane. Le point commun des trois premiers épisodes de la nouvelle série de Matthew Weiner, ce sont ces personnages qui se croient lointains descendants des Romanoffs, cette famille royale russe au pouvoir durant 300 ans, massacrée lors de la Révolution russe.

On connaît Mathew Wyner pour sa série Mad Men, récompensée aux Emmy Awards. Entre 2007 et 2015, on y suivait les aventures de publicitaires dans les années 50. La reconstitution léchée et cinématographique d’une Amérique sous l’emprise du racisme, du sexisme et de la cigarette.  

Je reviens finalement à une ancienne forme de télévision

Matthew Wyner

Cette fois, le réalisateur change de thème

Place à une anthologie : pas de personnage récurrent, mais à chaque fois un film différent, de 90 minutes. Tous reliés par le destin des Romanoffs. Mathew Wyner explique : "Ce qui relie ces films, c’est la mythologie d’être un survivant, un snob. Les différents épisodes n’ont rien à voir entre eux, c’est ce qui m’excitait. Imaginez tous ces personnages qui se disent que leur famille entière a été tuée ! Ça peut expliquer pourquoi ils sont un peu perturbés."

La série se veut une super-production. Une magnifique photographie, une lenteur qui déjà existait dans Mad Men. Un tournage dans sept villes, de Paris à Prague, et un casting de luxe avec Louise Bourgoin et Isabelle Huppert dans le rôle d’une réalisatrice effroyable.

Des films de genres

Le premier épisode présente une vision réaliste de Paris et de la banlieue et fait penser à une étude de mœurs de Claude Chabrol. Le second est un suspense haletant autour d’un couple qui va mal. Chaque film explore un genre différent. "Il y a de la comédie, un film noir, un thriller à la Hitchcock, un conte de fée", explique Mathew Wyner. Seule fausse note, les épisodes traînent un peu en longueur. Mais la facture est belle.

Marthe Keller et Inès Melab dans \"The Violet Hour\", le premier épisode des Romanoffs
Marthe Keller et Inès Melab dans "The Violet Hour", le premier épisode des Romanoffs (CHRISTOPHER RAPHAEL, Amazon)