L'empire des séries, France info

L'empire des séries. L'histoire des polars. "Bron", le polar qui venait de Scandinavie

Chaque jour cet été, Laurent Valière plonge dans l'histoire des meilleures séries. Toute cette semaine, on revisite les séries policières. La Scandinavie a créé ses propres polars : sombres, réalistes, sociaux et politiques. Comme "Bron", actuellement disponible sur arte.tv.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une inspectrice suèdoise froide associée à un chaleureux policier danois.
Une inspectrice suèdoise froide associée à un chaleureux policier danois. (OLOF JOHNSON)

C’est la nuit sur le pont métallique de l’Oresund qui sépare Malmö et Copenhague et relie le Danemark et la Suède. Soudain, les lumières s’éteignent durant 48 secondes. Lorsqu’elles se rallument, le corps tranché en deux d’une femme politique est découvert sur l’exacte ligne de la frontière.

Une policière blonde suédoise, pète-sec, est forcée de s’associer avec un inspecteur danois qui est tout son opposé : chaleureux, marié, drôle et compréhensif.

C’est le pitch de Bron, en français le Pont, actuellement disponible sur la plateforme d’Arte. Une série suédo-danoise en 4 saisons, exemple typique de la série scandinave policière. Avec des policiers comme vous et moi, des décors froids, souvent des bâtiments en verre, de la nudité sans complexe, des tonnes de scènes tournées la nuit, et si possible quand il pleut, et un contenu éminemment sociétal et politique qui mêle aussi les médias.

En l’occurrence, le meurtrier justifie ses crimes en prenant pour relais un journaliste de la presse écrite : il veut remettre en cause la politique envers les sans-abris et les malades psychiatriques, et la différence de traitement par la justice pour des crimes sur des riches ou des prostituées.

Le "scandinoir" : ces séries policières scandinaves

Des séries hyperréalistes, à la caméra qui n’hésite pas à s’attarder sur des corps ensanglantés, une vision d’une noirceur rarissime, un suspense toujours haletant, et des histoires pleines de rebondissements et de fausses pistes. Dans la lignée de Millenium, Bron montre en plus l’opposition entre deux pays.

L\'acteur danois Thure Lindhardt et l\'actrice suédoise Sofia Helin durant une conférence de presse avant la sortie de la saison 4 de \"Bron\" (the Bridge)à Copenhague. 
L'acteur danois Thure Lindhardt et l'actrice suédoise Sofia Helin durant une conférence de presse avant la sortie de la saison 4 de "Bron" (the Bridge)à Copenhague.  (JOHAN NILSSON / TT NEWS AGENCY / AFP)

Bron vaut enfin pour ses deux enquêteurs que tout oppose, la froide suédoise Saga Noren, incarnée par Sofia Helin, qui rudoie ses interlocuteurs, insensible à l’opinion des autres, qui dit toujours ce qu’elle pense, et peut se changer au milieu du commissariat, et le policier danois chaleureux et bordélique, Martin Rohde, incarné par Kim Bodnia. Ils vont devoir apprendre à travailler ensemble.  

Une inspectrice suèdoise froide associée à un chaleureux policier danois.
Une inspectrice suèdoise froide associée à un chaleureux policier danois. (OLOF JOHNSON)