Cet article date de plus d'onze ans.

Voitures hybrides : quand trois philosophies s'affrontent...

La technique "hybride" est très à la mode. Mais tous les constructeurs n'en ont pas la même approche, loin s'en faut...
Article rédigé par Jean-Rémy Macchia
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Franceinfo (Franceinfo)

Les Japonais et, globalement, les Européens : eux envisagent plutôt des hybrides pas trop chères.
Certes, plus chères qu'une voiture classique  qui n'aurait qu'un seul moteur et pas de moteur électrique additionnel.
Mais leur surcoût sera encore encore modéré : le prix de la version hybride correspond à celui d'un modèle classique, qui serait doté de nombreuses options. Mais on reste dans des zones de prix encore accessibles.
Et les constructeurs japonais vont plus loin : Honda, et Toyota, qui présentent des hybrides plus "légères", technologiquement, sur des petites voitures. Ce sont les Honda Jazz Hybrid, et la toute nouvelle Toyota Yaris Hybrid.
Deux modèles à partir de 18 500 €. Donc, des solutions très raisonnable, côté tarifs, pour rouler en "hybride".

Autre approche, plus exclusive, celle des Allemands

Ils se sont dits : à la base, l'"hybride" est une technologie chère.
Il va falloir :

  • ajouter un moteur électrique à un moteur existant ;
  • embarquer des batteries donc forcément onéreuses ;
  • et, surtout, mettre au point une technologie très poussée, pour faire fonctionner ensemble les deux moteurs.
    Résultat : pour ne pas avoir un surcoût dissuasif sur une voiture peu chère à la base, il n'y aura d'hybride que sur des modèles haut de gamme  déjà chers à l'origine.
    Résultat : chez les allemandes, il n'y a pas d'hybride à moins de 55 000 € ! Et les tarifs montent jusqu'à 115 000 € !
    A ces prix-là, vous avez des motorisations hybrides qui se greffent sur des moteurs déjà puissants. Non pas pour donner,  dans l'absolu, des consommations ultra basses. Mais, sur la base de versions à essence déjà performantes, ajouter un moteur électrique qui va donner un surcroît de performances, sans que cela entraîne un accroissement de la consommation.
Et la troisième voie, celle des françaises, Peugeot-Citroën

Des hybrides qui ne se greffent que sur des versions diesel. Avec, donc, un budget consommation très bas.
Des modèles milieu de gamme qui valent entre 38 000 et 44 000 €.
Et qui donnent en plus accès, d'office, à la transmission 4 X 4. Car le moteur électrique entraine les roues arrière, et le moteur classique entraine les roues avant.
Donc, un surcoût au final raisonnable.

Et puis, le choix de  Renault : PAS d'hybride !

Une option voulue par le PDG Carlos Ghosn.
Passage direct à la voiture 100% électrique.
Et pas par cette étape jugée intermédiaire, sans avenir, ou non-pertinente, de l'hybride.

L'automobiliste est un bon contribuable

Il verse dans l'année 60 milliards de taxes, et de redevances, au total : TVA sur les voitures, taxes sur les carburants, PV. C'est donc ce que l'automobiliste français a versé au trésor public au total, en 2011.

Un nouveau service, pour le montage des pneus à domicile
Inédit en France !
Le site www.allopneus.com propose une fois que vous avez commandé vos pneus par Internet de venir vous les monter au pied de chez vous.
Un service facturé entre 34 et 44 € pour 2 pneus. Y compris le coût du montage lui-même.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.