L'auto, France info

Peugeot-Citroën et Opel : vers une fusion ?

Depuis trois jours, des bruits persistants courent sur une éventuelle fusion entre PSA (Peugeot-Citroën), et Opel.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

C'est une hypothèse qui apparaît de plus en plus réaliste.
Les deux constructeurs ont signé un accord, au printemps dernier.
Un accord de rapprochement prévu, dans un premier temps, pour 10 ans. Un accord qui avait pour but de comprimer les frais généraux, et de lancer en commun l'étude d'organes partagés, pour de futurs modèles.
Mais aujourd'hui, on parle de fusion. General Motors (l'américain qui détient 100% d'Opel) voudrait créer une "co-entreprise", à parts égales.
Ce qui suscite de grosses interrogations, et de grosses incertitudes, sur l'indépendance de Peugeot, à terme.

La situation d'Opel n'est pas florissante

Opel va chroniquement mal depuis des années :

  • une baisse énorme de la qualité qui date des années 90.
  • une baisse des ventes et des parts de marché depuis 10 ans en Europe.
  • des pertes d'argent, sans discontinuer, depuis 12 ans.

Peugeot-Citroën semble avoir bien peu à gagner, dans une fusion avec Opel.

Pour plusieurs raisons :

  • Opel a des usines en surcapacité, problème déjà très épineux pour PSA, et qui ne pourrait que s'accentuer, dans l'hypothèse d'une fusion, avec Opel.
  • énorme problème d'image d'Opel, abimée par plus d'une décennie de mauvaise fiabilité.
  • très peu de dynamisme technologique, alors que PSA arrive à innover, par exemple avec l'hybride diesel.
  • un retard très important, dans le domaine des diesels.
  • pas de coopération technique valorisante avec un autre constructeur; alors que Peugeot a des accords ponctuels, mais très positifs avec BMW, Ford, Fiat et Toyota.
  • une absence en Chine  General Motors, qui est très présent en Chine, mais avec d'autres marques du groupe bloque l'accès de la Chine à Opel.

Mais alors, pourquoi Peugeot-Citroën souhaiterait cette fusion ?

PSA a juste un besoin urgent d'argent frais, pour faire tourner l'entreprise, pour faire face à la crise actuelle, sur les marchés automobiles européens.
Et retrouver des possibilités d'investissement, pour l'avenir.

En Bref...

Toyota n°1

Toyota N°1, comme marque automobile la plus "valorisée" ; c'est-à-dire celle dont la valeur est la plus élevée – quand vous cumulez son capital, ses bénéfices et ses investissements.
Toyota devance Mercedes, BMW, Honda et Volkswagen.
Classement établi par l'agence Interbrand.

Certains constructeurs chinois songent à débuter leur offensive en Europe

Pour l'instant, les exportations de voitures chinoises ont largement débuté  mais dans des pays à faible pouvoir d'achat.
Le constructeur Cherry vient d'annoncer son intention de débarquer en Europe en 2014. Avec une nouvelle marque : Qoros.

 

 

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)