L'auto dimanche, France info

La voiture connectée, une affaire qui roule...

"L'Auto dimanche" aborde cette semaine la voiture connectée. Elle verra le jour avant 2020.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Maxppp)

La voiture connectée, c’est vraiment une affaire qui roule… C’est le cas de le dire puisqu’une Audi A5 préparée par l’équipementier américain Delphi a traversé les Etats Unis de San Francisco à New York, j’allais dire "toute seule", en tout cas, sans qu’un conducteur n’ait tenu le volant plus de 1% du temps.

Cette voiture a donc parcouru 5.500 km mais pas à toute vitesse. A allure débonnaire puiqu’elle a mis neuf jours pour faire le trajet et traverser 15 états. En fait, il ne s’agissait pas de réaliser un exploit, mais de permettre aux ingénieurs de Delphi de collecter tout un tas d’informations concrètes pour faire évoluer encore davantage les techonologies de sécurité active.

Un total de trois tetraoctets de données ce qui représente en volume, selon Delphi, le tiers de la bibliothèque du congrès de Washington…Pendant ces milliers de kilomètres la voiture a abordé des carrefours giratoires, des zones de travaux, des ponts, des tunnels, de la pluie, de la neige, et même des conducteurs agressifs, parait-il.

Et la voiture anticipe, réagit plus vite qu’un humain ne le ferait et ainsi évite l’accident. C’est Volvo qui a prédit qu’en 2020 plus aucun occupant d’une voiture neuve de sa marque ne serait tué ou blessé gravement. Pari osé quand même...

En France Valeo, le n°2 européen et Safran, l’industriel de la défense et de la sécurité, unissent leurs efforts pour qu’un logiciel reconnaisse le conducteur, l’avertisse en cas de signes de somnolence ou lui permette de mieux voir l’environnement autour de sa voiture en cas de brouillard ou de pluie intense. Et une voiture autonome pourra même s’affranchir du GPS en cas de mauvaise réception du signal, grâce à une centrale inertielle de Safran alors que le laser scanner de Valeo évite les collisions.

Mais attention, si la voiture connectée verra le jour avant 2020, comme l’a annoncé Carlos Ghosn, le PDG de Renault Nissan, la voiture autonome devra attendre le bon vouloir du législateur de chaque pays pour rouler où bon lui semble. Qu’elle s’appelle Google Car, Apple ou Mercedes.

(© Maxppp)