Cet article date de plus de quatre ans.

E-sport : regardez "In Game", la série documentaire sur des joueurs de "League of Legends"

Réalisée par Julien Demond et écrite par Paul Arrivé, elle suit deux joueurs : l'un est professionnel, l'autre souhaite le devenir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Lenny "PCZ Greed" Gavey, un lycéen, joueur amateur de "League of Legends" lors d'un tournoi à Bordeaux (Gironde). (IN GAME / YOUTUBE)

Le monde des jeux vidéo se professionnalise avec l'e-sport. Certains titres emblématiques ont des équipes de joueurs professionnels. C'est le cas de League of Legends, qui se pratique en compétition avec deux équipes de cinq membres. In Game, une série documentaire réalisée par Julien Demond et écrite par Paul Arrivé, suit deux joueurs.

Au cours de ces six épisodes de 10 minutes, on découvre Paul "sOAZ" Boyer, 22 ans, et Lenny "PCZ Greed" Gavey, 17 ans. Le premier est un professionnel. Lors du tournage, il était membre de l'équipe Origen, et vivait dans une gaming house à Wannsee (Allemagne). Il vivait avec sa team dans une grande maison et s'y entraînait toute la journée pour préparer les compétitions. Le plus jeune est un joueur amateur. Ce lycéen, qui habite dans la banlieue de Bordeaux (Gironde), espère devenir pro. Voici le premier épisode: Rêves de légende.

Les cinq autres épisodes se trouvent au bas de l'article.

"On peut comparer ça à des matchs de foot avec des supporters"

Problèmes de communication et de motivation au sein de l'équipe, vocabulaire, ambiance, pression... In Game montre que l'e-sport est un sport comme les autres. Par exemple, sOAZ commente la saison avec les mêmes termes que ceux d'un joueur de Ligue 1 ou de Top 14 : "C'est un peu compliqué cette saison, parce qu'on a deux de nos joueurs qui sont partis juste avant que la saison commence."

Les tournois importants sont suivis dans de grandes salles où des spectateurs regardent les parties sur des écrans géants. "On peut comparer ça à des matchs de foot avec des supporters", relève la mère de sOAZ. 

Comme des stars du football, les joueurs-vedettes sont populaires et très suivis sur les réseaux sociaux. Enrique "xPeke" Cedeno Martinez, 24 ans, propriétaire et membre de l'équipe Origen, explique compter quelque 500 000 abonnés sur Twitter et autant sur Facebook. Il précise également être régulièrement reconnu dans la rue par des fans.

Les gamers ne sont pas déconnectés du monde réel

Si les discussions de joueurs sont incompréhensibles pour les non-initiés, la série tord le cou aux poncifs qui présentent les gamers comme des geeks asociaux, au teint blafard, les yeux rougis par les heures passées devant l'écran d'ordinateur. 

Avant j'étais plutôt renfermé sur moi-même, je sortais pas. Et puis, au fur et à mesure, en ce moment, je commence à être plus sociable, à sortir, à rencontrer des gens (...) Je rejoins des potes ou des gens que je ne connaissais pas, je sympathise.

Lenny, "PCZ Greed" Gavey

dans "In Game"

 

La mère de sOAZ va dans le même sens : "C'était quelqu'un de très timide, de très réservé, se souvient-elle en parlant de son fils. Et de le voir s'épanouir dans ce jeu, devenir quelqu'un d'à l'aise dans le rapport humain, je trouve ça extraordinaire."

Reste qu'être joueur professionnel est chronophage et exigeant. Lauri "Cyanide" Happonen est un ancien professionnel. A 21 ans, il a déjà abandonné sa carrière pour reprendre ses études supérieures : "Jouer à League of Legends à temps plein, c'est vraiment usant. Ça te prend presque toute ta vie. Tu n'as pas vraiment de temps libre pour ta vie sociale ou pour poursuivre d'autres buts."

Episode 2 : "Légendes et réalités"

Episode 3 : "Légendes au quotidien"

Episode 4 : "Combats de légende"

Episode 5 : "Coulisses de légende"

Episode 6 : "Jour de légende"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jeux vidéo

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.