Jeux vidéo, France info

GTA V : l'ultime razzia

C'est le jeu événement de cette rentrée, le mauvais garçon de cette industrie : GTA V, cinquième épisode qui sent le soufre et (déjà) le succès. 

(©)

GTA, trois lettres pour Grand Theft Auto , trois lettres symbolisant un monstre de l'industrie du divertissement. Le cinquième épisode de cette saga sulfureuse vient de sortir sur consoles de salon et affiche déjà des statistiques gargantuesques. GTA V a déjà dépassé 800 millions de dollars de recettes en seulement 24 heures. Des brouettes de dollars venant récompenser 300 développeurs qui ont travaillé pendant 5 ans sur ce nouvel opus. 

Mais GTA V , c'est avant tout un jeu, à la fois provocateur et satirique . Dans une ville imaginaire, californienne dans l'âme, Los Santos, trois voyous évoluent selon votre bon vouloir, à pied, en vélo, en sous-marin ou en voiture, le tout dans une ville tentaculaire, violente et corrompue. Un jeu déconseillé aux moins de 18 ans qui montre une autre Amérique. 

Et malgré un scénario linéaire et des déplacements encore rigides, GTA V est bien ce grand jeu bad boy et populaire, véritable satire du rêve américain en version originale, cauchemar multicolore d'un empire au bord de la crise de gang. GTA V, ça se joue sur consoles de salon.

(©)