Jardin, France info

Jardin. Les "Jardins du cœur" ont besoin de vous

Ils font partie des chantiers d'insertion mis en place par les Restos du cœur. Objectif : rapprocher de l'emploi, des jeunes et des moins jeunes. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Faites pousser les graines du cœur !
Faites pousser les graines du cœur ! (ISABELLE MORAND / ERIC PATIN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Ce week-end, les Restos du cœur récoltent des denrées alimentaires dans les magasins. Mais savez-vous que les Restos gèrent également 43 "Jardins du cœur" qui emploient un millier de personnes environ ?

Le retour vers l'emploi

L’objectif de ces Jardins du cœur n’est pas de former des maraîchers mais de permettre à des jeunes, à des chômeurs de très longue durée, de se rapprocher de l’emploi. Dans ces chantiers d’insertion, on réapprend à travailler en équipe, on se réhabitue à un rythme de travail.

Les salariés sont recrutés à temps partiel, de 24 à 26 heures par semaine. Le contrat dure au maximum deux ans. L’an dernier, deux nouveaux Jardins du cœur ont ouvert leurs portes à Marseille et à Dreux.

Culture de tomates dans l\'un des 43 Jardins du cœur.
Culture de tomates dans l'un des 43 Jardins du cœur. (ISABELLE MORAND / ERIC PATIN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Du temps, de l'argent... ou les deux

Vous pouvez aider ces jardins de deux façons, explique Yves Merillon, administrateur national des Restos, et responsable bénévole du réseau emploi : 

"Dans les jardins, on a toujours besoin d’investissement matériel. On doit acheter des tracteurs, des motoculteurs, on doit acheter des serres, du matériel d’irrigation, des choses comme cela. D'où l'importance des dons financiers. Nous avons aussi toujours besoin de bénévoles. Les salariés en insertion sont accompagnés par des encadrants techniques, des accompagnateurs socio-professionnels, mais des bénévoles peuvent dispenser des formations complémentaires (bureautique, cours de français, maths, formation au permis de conduire).

Des bénévoles et de l’argent, ce n’est pas très original, mais c’est comme ça qu’on fonctionne.

Yves Merillon, administrateur des Restos

Couvrir les besoins en graines potagères

Les légumes et fruits produits dans ces jardins sont distribués dans les centres d’aide alimentaire des Restos.

Depuis 6 ans, l’entreprise Vilmorin accompagne ces Jardins du cœur en couvrant la totalité des besoins en semences potagères et florales. Entre 25 000 et 30 000 sachets de graines sont offerts chaque année aux jardins. Ils permettent de récolter environ 350 tonnes de fruits et de légumes frais.

Repiquage de plants potagers dans un Jardin du cœur.
Repiquage de plants potagers dans un Jardin du cœur. (ISABELLE MORAND / ERIC PATIN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Une aide locale puis nationale

À l’origine de ce partenariat, un jardin situé à côté du siège de l’entreprise. Fabien Thouenon est responsable marketing chez Vilmorin : "Historiquement, nous avons été sollicités pour une opération très locale : offrir des semences au jardin d'insertion proche de notre siège social, à Lyon.

L'entreprise a fourni les graines, puis elle a décidé de s'investir sur le plus long terme au côté des Restos en couvrant chaque année les besoins en graines potagères, mais également florales pour fleurir les jardins et attirer les pollinisateurs. Nous avons aussi apporté localement des conseils, des coups de main pour accompagner ces personnes en réinsertion professionnelle."

Si vous souhaitez soutenir les jardins du coeur d’une façon ou d’une autre, rendez-vous sur le site restosducoeur.org.

Faites pousser les graines du cœur !
Faites pousser les graines du cœur ! (ISABELLE MORAND / ERIC PATIN / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)