Jardin, France info

Jardin. Les hellébores, reines de l'hiver

Les hellébores font partie d’un club très fermé : celui des rares plantes qui fleurissent en hiver.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Hellébores et narcisses, scène de printemps.
Hellébores et narcisses, scène de printemps. (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE)

Il en existe deux sortes. La rose de Noël (Helleborus niger) fleurit d’un blanc pur, jusqu’à la fin du mois de décembre et tient bien en bouquet. La rose de Carême (Helleborus orientalis) fleurit dans nos jardins de février à avril.

Des plantes pas capricieuses

Ses fleurs sont simples ou doubles. Mouchetées de petits points, on dit qu’elles sont piquetées. Si les pétales s’ornent d’un fin liseré, ce sont des "Picotee".

Thierry Delabroye est le spécialiste français de ces plantes vivaces. Il les cultive et les hybride dans sa pépinière du Nord : "Elles ont différentes couleurs. Elles sont jaunes, blanc pur, à points, rouges, noires, ardoise ou abricot... Elles sont plus faciles à réussir au jardin que les roses de Noël. Elles sont moins capricieuses, on peut les mettre au pied d'arbres, d'arbustes. Ça intéresse surtout les gens qui vont dans leur jardin en hiver..."

Une championne de la reproduction

Certains jardiniers leur reprochent leurs fleurs pendantes. Mais si elles regardent vers le bas, c’est pour une bonne raison ! L’hellébore veut se reproduire, elle protège donc ses étamines et son pistil des intempéries hivernales.

Aujourd’hui, le travail d’hybridation porte, bien évidemment, sur l’obtention de nouvelles couleurs mais également sur des fleurs un peu plus à la verticale. On peut ainsi mieux les admirer sans que la fleur n’en souffre.

Les hellébores apprécient un sol un peu acide. Elles ont tendance à se ressemer abondamment au risque de s’épuiser. Thierry vous conseille donc d’enlever les graines :

"Quand vous commencez à voir dans le centre de la fleur une gousse qui commence à grossir, vous prenez cette gousse qui fait environ un centimètre et demi de long (on dirait une gousse de petit pois), vous faites un quart de tour et, hop !, vous enlevez cette gousse. Comme ça, votre fleur vieillit bien mais elle ne graine pas"

Hellébores en fleurs au mois de février
Hellébores en fleurs au mois de février (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE)

Elles poussent bien en pot

N’hésitez pas non plus à installer des hellébores en pot, mais les racines s’enfonçant loin dans la terre, prévoyez un contenant profond d’au moins 50 cm. Un dernier conseil : quand vos roses de Carême afficheront un bon 30 cm au pied, divisez-les. Un geste à pratiquer même en février, quand elles sont en fleurs.

Merci à Thierry Delabroye, pépiniériste spécialisé dans la production de plantes vivaces à Hantay (59). Il cultive également une belle collection d'épimediums, les jolies fleurs des elfes. 

Des feuilles à dévorer 

Dans un jardin, l'esprit retrouve sa sérénité. Toutes les cultures, toutes les religions en ont fait un lieu sacré. On y célèbre la spiritualité. On y parle d'amour aussi comme dans le Cantique des cantiques où le jardin n'est finalement autre que l'image de la femme aimée et de son intimité.

Du jardin d'Eden aux enclos potagers médiévaux, des jardins persans exubérants aux jardins japonais épurés, ce livre Jardins spirituels d'Anne Ducrocq est un voyage à travers les âges, les mythes, les architectures. Pour son auteur, "Le jardin demeure la représentation même de la relation entre l'homme, la nature, le cosmos et Dieu. Il est une image du monde ; mieux, une mise en ordre du monde".

Jardins spirituels, Anne Ducrocq, éd. Gründ, 226 pages, 29,95 €. 

Hellébores et narcisses, scène de printemps.
Hellébores et narcisses, scène de printemps. (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE)