Cet article date de plus de cinq ans.

Jardin. La benoîte, ses vertus curatives, sa culture facile

écouter (2min)

La benoîte est une plante vivace à floraison estivale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La benoîte, une plante bien sous tous rapports... (FEDERICA GRASSI / MOMENT RF / GETTY IMAGES)

Très facile de culture, la benoîte supporte toutes les terres, même pauvres ou très calcaires. Idéale pour le fleurissement des jardins éco responsables, elle ne demande aucun engrais, aucun traitement. On ne lui connaît pas d'insectes nuisibles ou de maladies. Elle n'est pas gourmande en eau. Elle supporte la canicule et le froid de l'hiver.

Une plante rustique

La benoîte des jardins, dite benoîte hybride ou coccineum très rustique, peut atteindre 60 cm de hauteur. Très florifère à fleurs doubles, jaune clair ou rouge feu, parfois écarlate cuivré, elle pousse à toute exposition, préférant cependant les terres légères.

Il faudra la semer dès maintenant en pleine terre dans une plate-bande bien labourée, propre, débarrassée des plantes adventices indésirables. Après la levée, repiquez fin août les jeunes plants en les espaçant d'environ 30 cm en tous sens. Sa multiplication est également facile à l'automne par division de touffes.

Cette plante peut participer en fleurs coupées à la composition de bouquets d'été aux allures champêtres. Il existe dans la nature à l'état spontané une benoîte que les jardiniers appellent benoîte commune et les botanistes geum urbanum. Elle pousse dans les lieux ombragés, les bois, les fourrés, le bord des routes. Elle est parfois cultivée au jardin pour sa floraison de fin avril à début octobre.

Utilisée contre les jambes lourdes et les maux de gorge

Plante vivace rhizomateuse, elle fut utilisée dans la pharmacopée traditionnelle sous le nom d'herbe de Saint-Benoît ou galiote contre les maux de gorge, la digestion difficile et les jambes lourdes.
Le rhizome de la benoîte est comestible, sous le nom de racine de girofle. Il est utilisé pour parfumer les pot-au-feu. Les petits pétales des fleurs sont employés en cuisine pour décorer les consommés ou veloutés de légumes.

Ouvrages gourmands

Pour les jardiniers gastronomes, les éditions Ulmer nous proposent ce printemps deux ouvrages gourmands. Tout se mange dans mon jardin de Pascal Garbe, préface de Michel Bras et Olivier Roellinger. Et Cuisiner les herbes médicinales de Franck Schmitt.
Qui n'a pas rêvé d'un jardin, où toutes les plantes seront aussi décoratives sur pied que bonnes dans l'assiette. Cuisiner avec les herbes médicinales, c'est savoureux et bon pour la santé.

Et chez votre libraire vient de paraître un nouveau magazine trimestriel, Patio qui nous propose des sources d'inspiration, des conseils utiles et des idées pour aménager un petit espace agréable à vivre, au plus près de la maison.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.