À la ferme aquaponique Zfarm, les poissons font pousser... des arbustes

écouter (3min)

Dans la Marne, Pierre Harlaut et son chef de culture, Gonzague Damiens cultivent des arbustes d'ornement et des fruitiers en aquaponie, à 100%.

Article rédigé par
Isabelle Morand - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une des techniques de l'aquaponie allie poissons, eau et plantations sur lit de sable.  (ISABELLE MORAND / DIMITRI KALIORIS / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

La ferme aquaponique Z Farm est installée dans le village de Romain, dans la Marne. L’aquaponie consiste à faire pousser des végétaux grâce aux poissons, le tout en circuit fermé.

L'aquaponie en quelques mots

Pour faire simple : les poissons produisent des déjections. Ces déjections sont acheminées vers un bac de culture où les plantes assimilent les éléments nutritifs nécessaires à leur croissance. Puis l’eau filtrée, nettoyée par les plantes retourne dans l’aquarium et le cycle peut recommencer.

Chaque bac de culture peut accueillir différentes espèces.  (ISABELLE MORAND / DIMITRI KALIORIS / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Une technique de culture sobre

Cette technique déjà utilisée par les Aztèques a été remise au goût du jour voilà une trentaine d’années. Grâce à elle, les économies d’eau sont gigantesques, explique Pierre Harlaut, créateur de ZFarm : "On est vraiment sur un système très vertueux, économe en eau et en ressources. Les scientifiques s'accordent à dire que l'aquaponie permet une économie d'eau de 90 % par rapport à l'agriculture en pleine terre traditionnelle. C'est énorme quand on connait le coût et la valeur de l’eau. Certains experts disent aussi que l'aquaponie permet une économie de 70% d'eau par rapport à la permaculture." 

Les poissons, acteurs majeurs

Le plus difficile en aquaponie, c’est de maintenir une biomasse constante. Comment le dit Pierre Harlaut, "on surfe en permanence pour maintenir un équilibre parfait", notamment en ce qui concerne le nombre de poissons nourris exclusivement avec des produits bio.

Régulièrement, des poissons adultes sont vendus pour être consommés et ils sont remplacés par des poissons juvéniles. En France, ce sont les truites qui sont le plus utilisées en aquaponie, mais on trouve aussi du sandre et un tout petit peu d’esturgeon.

Pierre Harlaut, le créateur de ZFarm.  (ISABELLE MORAND / DIMITRI KALIORIS / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

Des fruitiers et des arbustes de haie

Du côté des plantations, ZFarm cultive des fruitiers comme l’asiminier, l’argousier, le plaqueminier. "On démarre la culture en aquaponie à partir de boutures ou de graines. Cela prend entre six mois et un an. Quand on constate que le scion est bien formé, qu'il est prêt à l'autonomie en pleine terre, l'arbuste est transplanté en pleine terre ou en pot. Après, ils vivent leur vie d'arbre..."

ZFarm s’est également lancé dans la production de plants forestiers champêtres vendus à des prix modiques pour contribuer au programme national "Plantons des haies" : "Là, nos clients ne sont pas des particuliers mais des agriculteurs, des collectivités, des administrations qui souhaitent réimplanter l'arbre au cœur des villes et des paysages."  

Pierre Harlaut et son chef de culture, Gonzague Damiens, débordent de projets. Prochaines étapes : la plantation d’une forêt comestible, le développement de leur gamme d’arbustes, et notamment l’argousier, un arbre décoratif et dont les baies ont une teneur exceptionnelle en vitamine C. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.