Infos médias : le week-end, France info

La Première guerre mondiale, "premier conflit médiatisé de l'Histoire"

Le fracas des canons, les chants des Poilus, le brouhaha des hôpitaux... Près de 6 millions de téléspectateurs ont suivi cette semaine la suite de la série "Apocalypse Première Guerre Mondiale". D'où viennent ces images ? Par quoi, pourquoi ont-elles été tournées ? L'analyse de l'historien Laurent Véray, spécialiste des images de la guerre 14-18.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Raconter la guerre de 14-18 comme vous
ne l'avez jamais vue. C'est la promesse d'Isabelle Clarke et Daniel
Costelle, les deux réalisateurs de la série Apocalypse Première
guerre mondiale
diffusée sur France 2. Leur succès ne se dément pas : 5.9 millions de téléspectateurs sont encore restés cette semaine bouche bée devant les archives
colorisées, sonorisées, mises en scène et en musique.

 

"D'autres guerres avaient été filmées, comme la guerre des Boers par exemple" explique Laurent Véray, historien au département cinéma et audiovisuel de Paris-La Sorbonne. "Mais la guerre de 14 a été le premier conflit médiatisé. Enormément de films ont été faits à l'époque. Les autorités ont compris très vite l'ampleur de ce qui était en train de se passer, et ont voulu garder la mémoire du conflit."

 

*

 

Des images "jamais vues" comme le proclame Apocalypse ? "Ce n'est pas totalement vrai. Certaines images trop dures, avec des corps par exemple, étaient restées cachées. Mais de nombreux films ont été montrés : dans les bandes d'actualité diffusées dans les cinéma de l'époque, ou bien dans des compilations réalisées dès les années 20 à des fins pacifistes."

 

Les méthodes des réalisateurs d'Apocalypse divisent les historiens, qui regrettent pour certains la colorisation et la sonorisation artificielle des images. Laurent Véray se montre mesuré : "Il faut faire quand même attention à ne pas 'spectaculariser' ces images à outrance. Il ne faut pas que ces archives se confondent avec les millions d'images que nous voyons chaque jour. Elles doivent garder une place à part."

(©)