Info médias, France info

Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de l’info de France 3 : "Les téléspectateurs restent très attachés à l’audiovisuel public"

Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de l'information de France 3, revient sur franceinfo mardi 10 juillet sur l'évolution des comportements et des attentes des téléspectateurs. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de France 3.
Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de France 3. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

"Les téléspectateurs restent très attachés à l’audiovisuel public", estime Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de l'information de France 3, sur franceinfo, mardi 10 juillet, à l'occasion de la publication du dernier rapport de sa carrière.

Après 10 ans à la médiation de l'information de la chaîne, elle était aux premières loges pour observer l'évolution des comportements et des attentes des téléspectateurs. Et son principal constat concerne l'attachement que portent toujours les Français à la radio et à la télévision publiques. "Les responsables politiques, qui sont en train de préparer des réformes sur l'avenir du secteur, doivent en avoir conscience", précise-t-elle. 

"Des attentes et des exigences" plus fortes

Cet attachement connaît ses contreparties. "Cela entraîne beaucoup d'attentes et d'exigences de rectitude" de la part des téléspectateurs, explique Marie-Laure Augry. "Nous n'avons pas le droit à l'erreur, indique-elle. Sinon, ils nous le rappellent plus ou moins gentiment", poursuit l'ex-médiatrice de l'information de France 3.

Les critiques les plus fortes reçues par la rédaction de la chaîne sont liées aux temps forts de l'actualité. "Comme les attentats", illustre-t-elle. "Nous avons beaucoup été interpelés sur le fait de faire attention à ne pas donner aux auteurs de ces actes une forme de gloire", développe la journaliste. Et la rédaction en a tiré parfois des leçons concrètes : "Nous ne publions plus que des photos d'identité qui n'ont pas de caractère provocateur."

"Les téléspectateurs deviennent acteurs de l'information"

L'arrivée du numérique a aussi bouleversé les comportements du public face à l'information. "Chacun la commente aujourd'hui, la transmet. Les téléspectateurs deviennent en quelque sorte acteurs de l'information", analyse-t-elle, tout en ajoutant que "cela ne veut pas (pour autant) dire qu'ils sont devenus des journalistes". Ils s'interrogent aussi beaucoup plus sur la fabrique de l'information : "Comment se fait une information et comment nous, nous la faisons ?", raconte Marie-Laure Augry.

"Le journal télévisé a su s'adapter"

Les transformations technologiques ont également influé le journal télévisé. Les Français sont déjà au courant des informations de la journée. Résultat, le journal de 13 heures n'est aujourd'hui plus autant attendu que celui que Marie-Laure Augry présentait dans les années 1980.

Pour autant, "le journal télévisé n'est pas mort", juge celle qui rappelle qu'il y a dix ans "les sociologues des médias annonçaient la fin de la grand-messe du 20 heures". Et cela tient au fait que les journaux ont su s'adapter avec "des sujets anglés qui aident à comprendre et qui vont plus loin". "Décrypter l'information et le vrai du faux", voilà la recette selon Marie-Laure Augry du succès de ce format télévisé aujourd'hui.

Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de France 3.
Marie-Laure Augry, ex-médiatrice de France 3. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)