Le magazine GQ lance une nouvelle formule pour "éviter la fermeture du titre"

écouter (8min)

Après avoir perdu près de la moitié de ses lecteurs en quatre ans et dans le sillage du mouvement #MeToo, le magazine masculin GQ qui fête ses 13 ans, se réinvente.

Article rédigé par
Célyne Baÿt-Darcourt - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
GQ France est passé de 90 000 exemplaires en 2016 à 48 000 aujourd’hui. (JENS KALAENE / DPA)

GQ reste un mensuel masculin généraliste (mode, culture, société), mais il veut désormais aller plus loin. Le mouvement #MeToo est passé par là : "On ne peut pas faire l’économie d’une remise en question. Compte tenu de tout ce qui se passe sur le terrain de la masculinité aujourd’hui, on voudrait que le magazine soit une tribune pour pouvoir poser des questions sur ce sujet et essayer d’y répondre", explique le rédacteur en chef Olivier Lalanne.

Nommé l’été dernier, il a vu le malaise des journalistes masculins de sa rédaction face à la vague féministe : "Les hommes sont challengés dans leur masculinité, certains traversent des crises d’identité. J’aimerais qu’ils trouvent en GQ un bon copain avec qui aborder les sujets qui fâchent."

Ce qui est en cause aujourd’hui ce ne sont pas les hommes, c’est la domination masculine.

Olivier Lalanne, rédacteur en chef de GQ

Pour lancer sa nouvelle formule, le magazine a choisi de faire trois unes différentes. Sur ces premières pages, s'afficheront l’acteur Roschdy Zem, le créateur Jacquemus et le rappeur Ichon"Quand on a voulu représenter l’homme français, on a fait une liste et on a décidé de ne pas choisir. Trois hommes français pour trois allures françaises."

Avec cette refonte, GQ espère faire gonfler ses ventes qui sont passées de 90 000 exemplaires en 2016 à 48 000 aujourd’hui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.