Info médias, France info

LCI : quelle est la stratégie de TF1 ?

Les salariés l'attendaient depuis deux mois. Le groupe TF1 a dévoilé hier sa décision pour LCI : faute de pouvoir devenir gratuite, la chaîne sera profondément transformée et 148 postes seront supprimés. Une restructuration importante pour un groupe pourtant bénéficiaire.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Le groupe a décidé de transformer LCI et de supprimer 148 postes © TF1 / Charles Platiau)

"LCI telle qu'on l'a connue, c'est fini." Les salariés sont davantage déçus que surpris par les annonces de la direction. C'en est fini de la chaîne d'information en continu 24h/24. LCI restera certes une chaîne, mais plus de reportage, plus de duplex, elle ne proposera que des émissions en plateau et des flashs info. LCI produira aussi des vidéos pour le web, les tablettes, les smartphones.

148 postes supprimés

Ambition réduite et équipe réduite, avec seulement 54 salariés. La direction a annoncé la suppression de 148 postes au sein des équipes qui travaillent pour LCI. Annonce choc pour les salariés, qui pourtant accusent moins leur direction que le CSA. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel a refusé cet été de donner à LCI ce statut de chaîne gratuite dont elle rêvait pour pouvoir concurrencer I-Télé et BFM TV.

Un bénéfice net de 137 millions d'euros en 2013 pour TF1

148 postes supprimés au sein du groupe TF1, c'est une restructuration importante pour un groupe qui est pourtant bénéficiaire. C'est quand même l'un des plus grands groupes audiovisuels d'Europe : 2 700 salariés, la chaîne la plus puissante de France (TF1), une multitude d'autres chaînes (LCI, TMC, NT1, HD1, Série Club...), un titre de presse (Métronews) et un bénéfice net de 137 millions d'euros l'année dernière. Certes, LCI est une filiale en difficulté, l'audience est très faible et la chaîne a perdu 7 millions d'euros en 2013... mais pas de quoi déstabiliser en profondeur le groupe TF1.

LCI, prétexte à un plan social ?

Certains salariés s'interrogent donc, reprochant à TF1 d'avoir profité du prétexte LCI pour faire un plan social. Le groupe est engagé depuis plusieurs années dans une politique drastique de réductions de coûts, sur le fonctionnement et sur les programmes. Plusieurs dizaines de millions d'euros ont été économisés. Pour TF1 comme pour tous les groupes audiovisuels, le contexte est difficile, avec la multiplication des chaînes et un marché publicitaire en berne.

"LCI n'est pas à vendre"

Dans ce cas-là, pourquoi ne pas vendre tout simplement LCI ? Les actionnaires du journal Le Monde se sont fendus d'un communiqué hier soir pour dire leur "surprise" de voir que le groupe TF1 préférait supprimer des postes plutôt de leur vendre LCI. Le trio Niel / Bergé / Pigasse était candidat mais leur offre n'a jamais été considérée avec beaucoup d'attention. "LCI n'est pas à vendre" rappelait hier Eric Revel, le patron de la chaîne. TF1 ne veut pas renoncer à la marque LCI et n'a visiblement pas fait le deuil de ses ambitions. Le groupe va même contester en référé devant le conseil d'Etat la décision du CSA. La justice pourrait se prononcer avant la fin de l'année. Le plan social, lui, sera déjà bien engagé.

(Le groupe a décidé de transformer LCI et de supprimer 148 postes © TF1 / Charles Platiau)