Info médias, France info

"Je suis à l'antenne ce que je suis dans la vie" (Gilles Bouleau)

Gilles Bouleau commentera le défilé du 14 juillet pour la deuxième fois cette année, alors qu'il fête ses un an de présentation du journal de 20h de TF1, le journal le plus suivi de France

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Le présentateur du
journal de 20h de TF1, le 1er JT de France, Gilles Bouleau, jongle en ce moment
entre la préparation habituelle de son journal et celle, plus exceptionnelle de
la retransmission du défilé du 14 juillet. Il a l'intention d'y mettre plus d'humain
en racontant surtout l'histoire de tous les militaires qui vont défiler. Il y aura
également plus de "show", d'à côté avec notamment Denis Brogniard
dans une séquence annoncée comme spectaculaire avec les commandos de l'armée de
l'air, la visite par Anne-Claire Coudray d'un lieu top secret sous le ministère
de la défense ou encore Louis Bodin dans un avion au dessus du défilé. Une façon
comme une autre de se distinguer face à la concurrence de France 2 qui fait de
même de son côté.

Un style Bouleau ?

Cela fait un an que
Gilles Bouleau est à la tête du journal de 20h de TF1. En un an, il a gagné 249
000 téléspectateurs par rapport à ce que faisait Laurence Ferrari. Un record le 13 mars à 8,3 millions de
téléspectateurs. Il y a certes un style Bouleau "Mes chefs m'ont demandé
d'être à l'antenne comme j'étais dans la vie,
explique-t'il. Je suis à l'antenne comme je suis
dans la vie
" mais il y a aussi eu une
complète restructuration du journal, une clarification de la ligne, deux
parties souvent, l'une plus légère que l'autre. La ligne de conduite, c'est de
ne pas faire que de l'information négative de crise.

Une inflexion qui
vient aussi des années Anglo-Saxonnes de Gilles Bouleau. En juin 2001, il
devient correspondant pour TF1 à Londres au Royaume-Uni. Quatre ans plus tard,
en août 2005, il rejoint Washington pour devenir correspondant aux États-Unis
pendant cinq ans. Et s'il quitte la capitale américaine, c'est seulement pour prendre
les rênes du journal de 20h. Il y amène une grande rigueur dans le travail
ainsi qu'une volonté d'être extrèmement pédagogique et intelligible de tous.

(©)