Débat de la présidentielle : "Il n'y avait pas de tension", raconte le journaliste de TF1 Gilles Bouleau

écouter (8min)

"Ils se sont laissés argumenter, contre-argumenter. J'ai trouvé cela beaucoup plus audible, intéressant et enrichissant", commente sur franceinfo le co-animateur du débat entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron dans l'entre-deux-tours de la présidentielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gilles Boulleau et Léa Salamé ont co-animé mercredi 20 avril 2022 au soir le débat d'avant second tour de la présidentielle entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Que s'est-il passé en coulisses ? Invité de l'info média de franceinfo, Gilles Bouleau, journaliste à TF1 qui a co-animé le débat de l'entre-deux-tours mercredi 20 avril au soir avec Léa Salamé, estime que les échanges entre les deux candidats sont restés "urbains". Le rendez-vous n'a pas passionné les foules, cumulant 15,6 millions de téléspectateurs contre 16,5 millions en 2017, selon Médiamétrie.

>> Débat de la présidentielle : ce qu'il faut retenir du duel entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron

Avant le début du débat, Marine Le Pen et Emmanuel Macron "se sont serrés la main et ont esquissé un sourire", raconte Gilles Bouleau. "Les voix étaient assez basses. On sentait que, d'un commun accord, ils étaient en train d'ourdir un complot qui consistait à faire quelque chose de propre et de civilisé", précise-t-il.

"Il n'y avait pas cette tension qui précède un combat de boxe."

Gilles Bouleau, co-animateur du débat Macron/Le Pen

à franceinfo

Après plus de trois heures de débat, "ils ont discuté, se félicitant l'un l'autre d'avoir été apaisés et calmes, indique le journaliste de TF1. Je pense qu'in fine, c'était dans leur intérêt commun."

"C'était totalement différent" du débat en 2017, assure Gilles Bouleau à Célyne Baÿt-Darcourt : "Ils se sont laissés argumenter, contre-argumenter. J'ai trouvé cela beaucoup plus audible, intéressant et enrichissant."

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.