Info culture, France info

"Moka", mieux qu'un thriller : un duel

Comment faire son deuil lorsque que l’on a perdu son fils mort renversé par un véhicule qui a pris la fuite ? Après un séjour en hôpital psychiatrique, une mère en deuil décide d’aller plus vite que la police et de retrouver elle-même la voiture couleur moka, qui l'a tué.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
("Moka" avec Nathalie Baye et Emmanuelle Devos © Bande à Part - Sampek Productions)

La première raison,  la raison immédiate pour laquelle on vous conseille d’aller voir Moka , c’est le face-face, le duel même, inédit entre Emmanuelle Devos et Nathalie Baye. D’un côté, la brune, mère de douleur, de l’autre la blonde solaire mais ambigüe à souhait. Au jeu du chat et de la souris, ces deux-là prennent un plaisir manifeste et nous avec. L’autre réussite de  "Moka",  c’est son scénario : adapté du roman de Tatiana de Rosnay, cette quête obsessionnelle de cette femme pour confondre les responsables de la mort de son fils, prend par son atmosphère angoisse. C’est un thriller avec à l’issue inattendue.

Ce qui fait toute la force et la singularité de Moka , c’est d’abord son personnage principal :une femme à l’objectif au départ très clair. Elle veut retrouver le coupable et se venger mais, progressivement, au contact de celle qu’elle recherche, elle change et  s’adoucit.  À l’écran, Emmanuelle Devos en livre un visage très touchant.

("Moka" avec Nathalie Baye et Emmanuelle Devos © Bande à Part - Sampek Productions)