Culture d'été. "Des hommes sans nom" de Marc Victor et Hubert Maury

écouter (2min)

Cela ressemble à un phénomène d'édition : les livres d'espionnage sont de plus en plus nombreux en librairie. Gallimard vient même de lancer une collection dirigée par l'écrivain Marc Dugain, avec un premier roman signé Marc Victor et Hubert Maury.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Des hommes sans nom", premier roman signé Marc Victor et Hubert Maury (GALLIMARD)

Le roman d'espionnage est une genre qui se porte plutôt bien. Peut-être parce que, comme jamais, le monde fourmille d'espions, comme l'estime Marc Dugain, l'écrivain et directeur d'une nouvelle collection consacré à l'espionnage chez Gallimard. En librairie, les romans d'espionnage ont rarement été aussi nombreux dans la foulée de la réussite de certaines séries, comme Le Bureau des légendes.

La géopolitique de plus en plus complexe, les conflits plus ou moins ouverts et à répétitions sont autant de terrains d'investigation pour des auteurs bien informés qui estiment que la fiction est l'envers de l'histoire contemporaine. "Il y a un intérêt très fort du public en général pour savoir ce qui se passe en réalité derrière. Parce qu'évidemment l'espionnage n'est pas d'ordre public, sinon aucune opération ne réussirait, mais il y a une curiosité qui est très forte et je suis persuadé qu'il y a un public très fort pour ça", déclare Marc Dugain.

Chasse aux terroristes islamistes

Avec le premier roman de cette collection "Espionnage" chez Gallimard, Des hommes sans nom, Marc Victor et Hubert Maury nous plongent dans la chasse aux terroristes islamistes que mènent les services français entre Tunis, Paris et Kaboul. On y découvre toute la complexité de la recherche de renseignements, clef de voûte du travail d'espion. Et même si Des hommes sans nom offre une exigence littéraire, globalement les fictions aujourd'hui sont plus proches, au moins dans la forme, des films d'action américains que des romans de John Le Carré ou Graham Greene.

Signalons dans cet exercice l'imagination de Victor K., qui avait sorti cet hiver son premier roman Cible Sierra, le premier d'une série consacrée au Service Action. La crise ukrainienne l'a, semble-t-il, beaucoup inspiré puisqu'il a publié en juin Sauvez  Zelensky, où l'on retrouve les mêmes agents de la DGSE mais cette fois plongés dans la guerre en Ukraine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.