Info culture, France info

"Bigre", un rire qui fait du bien

Le spectacle le plus drôle de ces derniers mois revient tout l’été à Paris au théâtre Tristan Bernard.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Agathe L’Huillier, Jonathan Pinto-Rocha et Pierre Guillois le formidable trio de Bigre © Fabienne Rappeneau)

"Bigre", c’est l’histoire de trois voisins de palier dont on suit le quotidien, les disputes, les amours, les catastrophes. Il y a une pin-up célibataire qui partage sa vie avec son poisson rouge et qui se cherche une profession, et deux hommes : un baba cool qui vit au milieu d’un vrai capharnaüm, un geek, un cadre dont le studio immaculé est un concentré de nouvelles technologies et qui a pour passe-temps, le karaoké et les jeux vidéo.

Un spectacle sans paroles

Pas un mot n’est échangé entre les trois comédiens pendant une heure et demi mais l’absence de texte n’est pas un handicap selon le metteur en scène et comédien Pierre Guillois. "Quand on enlève la parole à des comédiens, se développe tout un champ d’investigations qu’on n' a pas l’habitude d’explorer au niveau physique et au niveau de la scénographie ", explique-t-il. Ce spectacle est écrit comme une partition. Il s'agit d'une vraie mécanique comique, avec un enchaînement de gags plus irrésistibles les uns que les autres. On est dans le burlesque : Chaplin, Tati, et les Deschiens.

(© Fabienne Rappeneau)

Du rire à l’émotion

Mais cette pièce n’est pas qu’une succession de gags. Elle raconte aussi l’histoire de trois solitudes et c’est sans doute pour cela qu’elle fonctionne aussi bien et avec tous les publics. "A la fois ce spectacle est extrêmement drôle et poétique. S’y côtoient la tristesse la plus profonde et un numéro hilarant ", décrit la comédienne Agathe L’huillier. "Les spectateurs sont touchés car cela leur rappelle des situations qu’ils ont vécues ", ajoute-t-elle.

"Bigre", à voir jusqu’au 31 août à Paris, au théâtre Tristan Bernard et en tournée en régions à partir du 5 janvier 2017.

(Agathe L’Huillier, Jonathan Pinto-Rocha et Pierre Guillois le formidable trio de Bigre © Fabienne Rappeneau)