Ils ont fait l'actu, France info

Que devient Pierre Sennès, le procureur de l'affaire Troadec ?

Début 2017, Pierre Sennès, procureur de la République de Nantes, est chargé de l'affaire Troadec : des traces de sang et une famille disparue à Orvault (Loire-Atlantique).

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Pierre Sennès, le procureur de l\'affaire Troadec.
Pierre Sennès, le procureur de l'affaire Troadec. (SÉBASTIEN BAER / FRANCEINFO)

16 février 2017. Pascal et Brigitte Troadec, et leurs deux enfants de 21 et 19 ans, sont assassinés dans leur maison d'Orvault, dans la banlieue de Nantes. C'est le début de l'affaire Troadec. Elle va mener les enquêteurs de la Vendée au Finistère, avec des fausses pistes et des indices retrouvés dans une zone de 300 km.

Quand il s'adresse aux journalistes, au tout début de l'affaire, le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, ignore encore presque tout de ce drame. "C'est incontestablement une scène d'une grande violence, déclare-t-il à l'époque. On a du sang en haut. On a du sang dans l'escalier. On a du sang au rez-de-chaussée. Et on a du sang dans le garage. Donc on peut penser logiquement qu'il y a peut-être des personnes qui sont décédées".

"On est parti sur toutes les hypothèses"

Finalement, le 5 mars, un homme est interpellé. Il s'agit du beau-frère de Pascal Troadec. Hubert Caouissin, 46 ans, reconnaît avoir tué les quatre membres de la famille. L'homme explique qu'il a démembré et brûlé une partie des corps dans sa propriété du Finistère. C'est la fin d'une affaire hors norme, un casse-tête pour les enquêteurs. Car au départ, la police ne disposait que de très peu d'éléments : "On a quelques traces de sang dans la maison, on n'a aucune autre trace, on n'a aucun corps, on ne sait absolument pas ce qui s'est passé. Donc toutes les hypothèses sont ouvertes, confie Pierre Sennès. Est-ce que c'est un drame familial ? Est-ce qu'un tiers est intervenu -par exemple un cambrioleur- qui a surpris la famille ? Est-ce que toutes les personnes membres de la famille sont mortes ? Est-ce que certains n'ont pas été séquestrés, enlevés dans une maison dans une cave, ligotés, blessés en train d'attendre qu'on vienne les secourir ?"

"On est parti sur toutes les hypothèses, raconte le procureur. Donc, vous imaginez bien qu'au début ça a quand-même été assez complexe et on a mis le paquet pour explorer toutes les pistes et ne rien laisser au hasard", poursuit-il. Pour les enquêteurs, pour un procureur, la hantise reste le spectre de l'affaire irrésolue. "C'est angoissant parce que nos concitoyens attendent légitiment de leur justice qu'elle élucide les affaires. Et plus le temps va passer, plus il va y avoir une attente et une légitime interrogation sur le travail judiciaire", explique Pierre Sennès.

Une maigre avance sur les médias

Étant donné l'émoi qu'elle a suscité, l'affaire Troadec a été suivie de près par la presse. Ce qui est venu encore compliquer le travail des enquêteurs et du procureur qui ne disposaient que d'une maigre avance, la plupart du temps, sur la presse. "Par exemple, le véhicule de Sébastien Troadec est découvert à Saint-Nazaire, se souvient Pierre Sennès. C'est un élément très intéressant pour l'enquête parce que si les choses s'étaient passées normalement -imaginons que le conducteur soit une personne en lien avec le crime- nous aurions pu mettre une surveillance policière à proximité. Est-ce que ce véhicule qui est garé ne va pas être récupéré ce soir ou demain matin par celui qui le conduit ? On n'a pas pu le faire alors que ça aurait été une bonne démarche d'investigation de police judiciaire."

Or, l'information est révélée quelques "dizaines de minutes" après la découverte du véhicule. Les journalistes se rendent aussitôt sur place pour faire des photos, "donc il a fallu gérer ce genre de situation et s'adapter en termes d'enquête", explique Pierre Sennès. "Mais voyez que là, on n'a pas eu beaucoup de coups d'avance. C'était quelques dizaines de minutes", regrette le procureur.

Une affaire unique dans une carrière de procureur

Dans cette affaire, les enquêteurs ont semblé suivre au départ la piste du fils, Sébastien Troadec. L'enquête a démontré ensuite que le jeune homme de 21 ans figurait parmi les victimes également. S'agit-il d'une fausse piste volontairement avancée pour laisser le champ libre à la police ? "Non", assure le procureur : "À aucun moment il n'y a eu de ballon d'essai lancé par la justice pour essayer de détourner l'attention. Je vous assure que ce n'était absolument pas notre façon de faire et notre objectif. Je ne vous dirai pas toujours tout mais ce que je vous dirai c'est établi, c'est objectif".

Le drame d'Orvault est une affaire hors norme, le terme a d'ailleurs été utilisé à plusieurs reprises lors de l'enquête. Confirmation du procureur, confronté là à l'une des plus singulières affaires de sa carrière. "Ce n'est pas tous les jours qu'un procureur de la République peut être amené à enquêter et diriger la police judiciaire dans une affaire aussi grave, avec une famille massacrée. C'est une affaire comme on en a une dans sa carrière. Cela fait 30 ans que je suis magistrat du parquet, c'est la première fois que j'ai une affaire de cette nature, d'une telle gravité".

Pendant son audition, le meurtrier présumé a évoqué un conflit à propos d'un trésor qui n'aurait pas été partagé lors d'un héritage. Mais, jusqu'à présent, aucune trace de ce magot maudit n'a été retrouvée par les enquêteurs. Les funérailles des quatre victimes ont eu lieu trois mois après le drame, dans le Finistère.

Pierre Sennès, le procureur de l\'affaire Troadec.
Pierre Sennès, le procureur de l'affaire Troadec. (SÉBASTIEN BAER / FRANCEINFO)