Ils ont fait l'actu, France info

Que devient le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes ?

Rien n'a bougé depuis la manifestation du 22 février dernier. Le tribunal administratif doit encore examiner deux recours : l'un concernant la loi sur l eau et l'autre sur les espèces protégées Rien ne sera fait avant. C'est une décision du gouvernement.

(©maxppp)

Le sujet est très sensible. Un sujet de désaccord récurrent notamment entre socialistes et écologistes. Notre-Dame-des-Landes,  comme maintenant la ligne TGV Lyon ou Turin ou dans une moindre mesure le barrage de Sivens, est également un symbole pour tous les altermondialistes, anticapitalistes et autres groupes écologistes européens.

Le 22 février dernier, une manifestation d 'opposants avait lieu à Nantes.  Manifestation marquée par des violences. Quelques voix  se  faisaient  alors entendre du côté des partisans du projet sur le thème rétablir l'état de droit  et défendre les décisions des pouvoirs publics. C'était donc en février dernier quelques jours après la manifestation de Nantes. Depuis plus rien ou presque, mise à part une vague tentative au printemps dernier rien n'a bougé à Notre-Dame-des-Landes.  Preuve supplémentaire ce week-end, le collectif Copain 44 a semé des prairies sur 15 hectares de terrain. 

Depuis février aucun changement, donc. La zone est toujours occupée par des opposants. Entre 100 et 200 personnes vivent en permanence sur dans ces 1400 hectares. Tous prêts à bondir à la moindre intervention des forces de l'ordre.

Rien ne se fera avant la decision du tribunal administratif 

Le tribunal administratif doit encore examiner deux recours : l'un concernant la loi sur l'eau et l'autre sur les espèces protegées. Rien ne sera fait avant . C'est une décision du gouvernement. La préfecture pourrait pourtant demander l'expulsion des fermes occupées et des campements anticapitalistes. Les buldozers pourraient commencer à travailler. Au printemps, il y avait eu des craintes du côté des opposants. Mais fin avril, un accord avait été trouvé entre eux et la préfecture de Loire-Atlantique. Le préfet a promis de geler les expulsions et les déstructions de deux fermes. En échange les opposants eux ont levé leur barrage. Les procès d'opposants pour les violences de la manif  du 22 fevrier se sont multipliés mais la plupart des poursuites se sont terminés par des acquittements. Cet été s'est donc déroulé dans une relative sérénité. Debut juillet, plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées en musique à Notre-Dame-des-Landes. 

Lassitude des habitants de Notre Dame des Landes

Et aujourd'hui que disent tous les acteurs de ce dossier  ?  La députée nantaise Marie-Françoise Clergeau affirmait récemment avoir eu des assurances du gouvernement en faveur du projet .  Pourtant fin aout,  selon Daniel Cohn Bendit, Manuel Valls aurait dit l'inverse en privé mais aurait egalement  affirmé ne pouvoir l'annoncer publiquement pour ne pas humilier son prédecesseur Jean Marc Ayrault  ardent defenseur du projet .

Le sous prefet chargé du dossier est lui tres prudent . Mikael Doré renvoie encore et toujours à ces deux procédures judiciaires. Un seul message il ne se passera rien avant la décision du tribunal administratif et ca peut prendre du temps.  En cette rentrée en tout cas, les opposants eux sont eux persuadés qu'ils gagneront. Aujourd' hui pour le maire de de Notre- Dame-des-Landes cette situation est presque plus inconfortable qu aucune autre  : "il y a une grande lassitude" des habitants de la commune,  eux voudraient  savoir vite. Cela fait 45 ans que l’on attend affirme Jean-Paul Naud. La cohabitation entre simple habitants de Notre dame des Landes et les differents groupes hostiles au projet n'a pas toujours été  facile. Certaines routes par exemple ont été fermées longtemps.  

Et, selon le maire, certains habitants avaient même l'impression de se faire racketter par les opposants quand  ils passaient les barrages installés et  qu'il leur était demandé une petite contribution militante contre le projet.  

(©maxppp)