Ils ont fait l'actu, France info

Ils ont fait l'actu. "Ça s'est effondré un lundi" : Sophie, rescapée de la rue d’Aubagne à Marseille

5 novembre 2018. Deux immeubles du cœur de Marseille, les numéros 63 et 65 de la rue d'Aubagne, s'écroulent et causent la mort de huit personnes. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Sophie, rescapée de la rue d’Aubagne à Marseille, ici dans son nouveau logement quartier de Noailles.
Sophie, rescapée de la rue d’Aubagne à Marseille, ici dans son nouveau logement quartier de Noailles. (SEBASTIEN BAER / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Le témoignage de Sophie, au micro de Sébastien Baer
--'--
--'--

Parmi les rescapés de ce tragique effondrement de deux immeubles, le 5 novembre 2018 à Marseille, Sophie, locataire du 5e étage de l'un des bâtiments. Aussitôt, cette étudiante de 25 ans dénonce la vétusté et l'insalubrité des immeubles.

Huit mois après le drame, Sophie en a enfin terminé avec les nuits passées à l'hôtel. La jeune femme a retrouvé un appartement dans ce même quartier de Noailles, à trois minutes à pied de la rue d'Aubagne. Ces derniers mois, Sophie les a passés à remplir des documents administratifs, à acheter de nouveaux meubles et à reconstituer sa garde-robe.

Alors que plusieurs centaines de personnes sont toujours sans logement, Sophie s'estime chanceuse, mais elle n'a rien oublié de ce 5 novembre 2018. "On a été très mal pris en charge. Le premier mois, on n'a eu aucun interlocuteur et on a été laissé complètement à l'abandon", déplore la jeune Marseillaise. 

À la rentrée, Sophie terminera le master de philosophie qu'elle a dû cesser de suivre après le drame. La jeune femme rêve, maintenant, de vivre à la campagne. À trois minutes de son nouvel appartement, il y a maintenant un trou béant et une dalle peinte en blanc rue d'Aubagne, à l'emplacement des immeubles effondrés.

Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille – à qui il a été reproché son inertie en matière de lutte contre le mal – logement, assure qu'il "pensera sans cesse" aux victimes, "jusqu'à sa mort".

Sophie, rescapée de la rue d’Aubagne à Marseille, ici dans son nouveau logement quartier de Noailles.
Sophie, rescapée de la rue d’Aubagne à Marseille, ici dans son nouveau logement quartier de Noailles. (SEBASTIEN BAER / FRANCEINFO / RADIO FRANCE)