Ils ont fait l'actu. La chanteuse Pomme connue grâce aux Victoires de la Musique et ses paroles féministes

écouter (5min)

Sébastien Baer revient sur les événements marquants de l'année. Et ce sont ceux qui les ont vécus qui les racontent. Pomme est connue pour ses deux prix obtenus aux "Victoires de la musique". La chanteuse brise également le silence sur le sexisme dans le milieu artistique.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
La chanteuse Pomme. (Oumayma B. Tanfous)

12 février 2021. Aux Victoires de la musique, Pomme est sacrée artiste féminine de l'année. À 24 ans, la chanteuse aux textes sensibles et voix du mouvement #MeToo, devance notamment Aya Nakamura. "Merci à tous, je ne sais que dire d'autre, à part que j'espère que cette industrie sera de plus en plus safe pour les femmes et que cette nouvelle génération de femmes saura s'imposer et renverser les codes qui ne sont pas toujours faciles pour les femmes. Merci beaucoup pour cette victoire".

 À 24 ans, Pomme remporte là une deuxième Victoire, un an après avoir décroché "l'album révélation". Ce succès offre à la chanteuse un coup de projecteur supplémentaire sur son travail et sur ses combats. L'artiste dénonce régulièrement les violences qu'elle a subies lors de ses débuts traumatisants dans la musique. Et transpose ses blessures et ses fêlures dans les textes qu'elle écrit. Malgré la crise sanitaire, Pomme profite comme elle le peut de sa notoriété grandissante après les Victoires de la musique. "Cela a été ma première grosse télé, ma première grosse audience avec beaucoup de monde, avec des gens de tous horizons, qui regardaient les Victoires ce soir-là." déclare Pomme.

Pour moi, ça a été une espèce de vitrine énorme qui m'a permis de faire découvrir ma musique à plein de gens qui n'auraient peut-être jamais entendu parler de moi autrement parce que je n'étais pas du tout à l'époque dans les médias. Donc oui, ça a été une grande vitrine

Pomme

sur franceinfo

Une voix qui porte

Les Victoires de Pomme ont considérablement élargi son audience. "Je vois qu'il y a beaucoup plus de gens qui me suivent sur les réseaux sociaux qu'il y a un an. Je reçois des messages tous les jours de gens qui me parlent de leurs expériences par rapport à l'anxiété ou par rapport à des agressions qu'ils ou elles ont subies. Et je pense que si j'ai un discours 'sensibilisant' sur les violences sexistes et sexuelles, sur la discrimination en général, plus il y a de monde pour écouter mon discours et forcément plus ce discours est impactant" explique la chanteuse qui a vécu une arrivée traumatisante dans le monde de la musique.

Pomme propose des pistes pour que l'industrie musicale devienne plus sûre pour les femmes. "Il y a plein de choses à mettre en place. Je pense qu'il faudrait créer des cellules spécialisées dans les problématiques d'agression dans chaque entreprise, qu'il y ait des référents et des associations qui soient sur le terrain, des avocats et des avocates formés spécifiquement pour ça. Il faut que ça soit dans tous les milieux de travail parce que ce n'est pas que dans la musique. En tout cas, écouter les gens qui ont des choses à dire et qui ont des choses à dénoncer, c'est une première étape. Je pense qu'il n'y a pas de parole qui se libère vraiment, c'est surtout l'écoute qui a changé. Je crois que les gens n'avaient pas envie d'écouter les personnes victimes et que maintenant, il y a peut-être plus d'écoute. En fait, c'est le point de départ. Après, il y a beaucoup de choses à changer, mais ça prendra des années et des années".

Pomme a des conseils à donner

À celles et ceux qui font leurs premiers pas dans l'univers de la musique, voici les conseils de Pomme pour éviter les déconvenues et les mauvaises expériences. "Il ne faut pas faire de compromis, ne pas s'entourer avec les premiers venus parce qu'en fait même moi, j'ai eu tendance à le faire et d'oser parler aussi quand on a besoin de parler, quand on trouve qu'il y a une situation qui n'est pas normale. Surtout ne pas se dire que, ça doit être normal parce que c'est cette industrie-là et c'est ce milieu-là et les coutumes, etc... Il faut parler et s'entourer de personnes bienveillantes et ne pas hésiter à vérifier auprès d'autres gens que ce sont des bonnes personnes" insiste Pomme.


Pour exprimer ses fêlures, ses doutes, ses blessures, Pomme s'appuie sur la musique.

Ça m'aide au quotidien d'écrire des chansons et de dire ces choses que je ne peux pas dire autrement. Je ne peux pas en parler autrement qu'en chansons

Pomme

sur franceinfo

Mais cela n'a pas forcément une vertu thérapeutique, même si ça aide. "Je ne crois pas que ça remplace une séance chez le psy. Je crois que c'est différent. C'est thérapeutique, mais c'est une thérapie de soi à soi, alors qu'une vraie thérapie, on l'a fait avec un élément extérieur à notre vie. Et en ça, ça ne remplace pas une thérapie. C'est une forme de thérapie intime, mais ça ne remplace pas une vraie thérapie, non. Pour mon équilibre à moi, je crois que les deux sont très importants" souligne Pomme.


Jusqu'à la fin de l'été, la chanteuse aux textes engagés poursuit sa tournée des festivals, tournée qui l'emmène ces prochaines semaines dans les Ardennes, le Var, et en Côte-d'Or.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.