Cet article date de plus de huit ans.

Les découvertes de "l'éléphant"

écouter
Le numéro 3 du trimestriel "l'éléphant". Le classement des 500 français les plus riches : Arnault, Bettencourt et les autres. L'IGS enquête sur une garde à vue qui aurait tourné au passage à tabac pour un collégien de 15 ans
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

L'invitée de l'Hyper revue de presse : Guénaëlle Le Solleu, rédactrice en chef du trimestriel l'éléphant, la revue de culture générale, qui sort son numéro 3, le numéro de l'été.

Cette question ce matin dans la presse : comment les riches, et même les très
riches, traversent-ils la crise ?
Très très bien... pas d'inquiètude pour les millionnaires et les milliardaires,
pour eux ça va... Le
magazine Challenges publie le classement des 500 Français les plus
riches.
La richesse globale des 500 premières fortunes professionnelles de
France a progressé de 25 pour cent, et même pour le top 10 de 40 pour cent,
crise ou pas crise, Hollande ou pas Hollande. Les milliardaires sont même 55 de
plus que l'an dernier.

Premier Bernard Arnault, avec un gros sac Vuitton rempli à ras bord de plus de
24 milliards d'euros... 3 milliards de plus en un an. Deuxième Liliane
Bettencourt, plus de 23 milliards d'euros, en hausse de près de 8 milliards...
On trouve aussi dans les dix premiers Serge Dassault, François Pinault ou
encore Xavier Niel, le PDG de Free, qui intègre pour la première fois ce top 10
des plus grosses fortunes de France. La crise, connaît pas, ils viennent tous
de rajouter quelques milliards à leur cagnotte.

Au total, les 500 premières fortunes de France pèsent 330 milliards d'euros, un
pactole qui a été multiplié par 4 en dix ans, qui représente 16 pour cent du
Produit Intérieur Brut.

C'est aussi 10 pour cent du patrimoine financier des Français, soit un
dixième de la richesse entre les mains d'un millième de la population. Le
détail de ce classement des ultra-riches à retrouver dans le magazine Challenges .

Des policiers parisiens mis en cause dans une affaire de garde à vue qui
aurait mal tourné :
selon nouvelobs.com ,
l'IGS, l'Inspection générale des services, vient d'ouvrir une enquête, ce que
confirme le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis sur son blog.

Affaire
d'abord révélée par le site streetpress
dont nouvelobs.com
reprend largement les informations. Le 27 mai, un collégien de 15 ans est
arrêté devant son établissement dans le 19ème arrondissement de Paris, pour une
banale histoire de cigarette roulée, peut-être un joint.

Le calvaire du jeune homme commence ensuite, dans la  voiture de police où
il aurait été frappé et insulté. Arrivé au commissariat, selon son témoignage
publié par streetpress , il est mis en cellule et tabassé par plusieurs
policiers. Coups de poings, coups de pieds, il aura le coude cassé, ce qui
n'empêche pas qu'on lui repasse les menottes, et c'est seulement plus tard
qu'on va lui signifier sa garde à vue, 24 heures pendant lesquelles ses parents
ne pourront pas le voir. 24 heures de garde à vue, le coude cassé, avant quatre
jours à l'hôpital. L'Unité Médico Judiciaire va lui attribuer finalement 31
jours d'interruption temporaire de travail.

Une plainte contre X a été déposée pour " coups et blessures volontaires en
réunion par des personnes dépositaires de l'autorité publique, sur mineur de
quinze ans ", par maître William Bourdon, l'avocat qui suit désormais le
dossier. Les policiers ne confirment pas la version des faits donnés par le
collégien, et la Préfecture de police n'a pas voulu faire de commentaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.