Histoires d'info. Raymond Poulidor, deuxième pour l’éternité

écouter (3min)

Ils ont subi un ou des échecs et ils ont été célèbres. Thomas Snégaroff nous fait revivre les moments les plus épiques de leur vie. Lundi, l'éternel second : le cycliste Raymond Poulidor.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cycliste Raymond Poulidor au Tour de France de 1973 à Paris. (- / AFP)

Comment ne pas commencer cette série d’été avec lui ? En plein Tour de France, avec l’incarnation même du beau perdant, de celui qu’on aime aussi pour ça. Il y a tant d’occasions ratées de porter ce fameux maillot jaune qui lui échappa toute sa carrière que nous ne savons par où commencer ? Peut-être par ce 30 juin 1973, jour du prologue du Tour, la carrière de Raymond Poulidor, vous aviez deviné que c’est lui dont il s’agit, touche bientôt à sa fin et le Graal lui file à nouveau entre les doigts à 80 centièmes de seconde près. Mais on aurait pu aussi évoquer les 14 secondes qui auront manqué à Poulidor au sommet du Puy-de-Dôme en 1964 pour le chiper à Anquetil, ou dans ce même tour, l’oubli d’un tour de piste à Monaco ; ou bien encore cette satanée moto qui le percute à Aurillac alors que la victoire finale lui tendait les bras en 1968.

Poulidor aura tout de même gagné sept étapes sur le Tour et finit huit fois sur le podium, trois fois deuxième, cinq fois troisième. Et n’oublions pas les classiques, les deux Paris-Nice, le Tour d’Espagne… Mais jamais, ô grand jamais, de maillot jaune sur le Tour. En juillet 1976, après son dernier tour qu’il finit troisième à 40 ans, son grand rival Jacques Anquetil lui offre la possibilité d’enfiler un maillot jaune, l’émotion est perceptible :

Raymond Poulidor : "Jamais je ne l'ai porté. Si ça se trouve, ça ne me va pas !"

Le journaliste : "Quel effet ça fait d'avoir le maillot jaune, Raymond ?"

Raymond Poulidor : "J'ai presque la chair de poule. Je me dis en moi même que si je l'avais eu, ça m'aurait fait beaucoup plaisir."

Ça aurait fait beaucoup plaisir à un pays entier, un pays fou de Poulidor.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.