Histoires d'info, France info

Histoires d'info. Emmanuel Macron dans les pas de Valéry Giscard d'Estaing?

Le parallèle est tentant entre Emmanuel Macron et Valéry Giscard d'Estaing...Mais est-il opératoire?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Emmanuel Macron le 31 août 2016 lors de la passation de pouvoir avec Michel Sapin à Bercy.
Emmanuel Macron le 31 août 2016 lors de la passation de pouvoir avec Michel Sapin à Bercy. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Retour ce matin en janvier 1966. Le Général de Gaulle vient d’être réélu pour un deuxième septennat, et si Pompidou reste à Matignon, il nomme un tout nouveau gouvernement. Mais il y a une passation qui capte toute la lumière, c’est celle du ministère des finances : "Avec la transmission de ce ministère, les journalistes ont eu le sentiment qu'il ne s'agissait pas là d'une simple formalité. Il y avait autre chose. Paris Presse parle même de "l'étonnant départ de M. Giscard d'Estaing." Il y avait de l'humour et de l'émotion..."

Valéry Giscard d’Estaing n’a même pas encore 40 ans, quitte un ministère qui serait aujourd’hui à Bercy, et l’honnêteté le pousse à nous dire qu’il n’est pas gaulliste…(il est républicain indépendant) et très pro-européen…

Bref, il y a pas de Macron là-dedans ! Mais, et la nuance est très importante, Giscard quitte en très bons termes le gouvernement et se considère comme faisant absolument partie de la majorité.

Cependant et c’est là que Macron nous revient en mémoire, à peine un mois après avoir quitté le gouvernement, Giscard est interrogé sur ses ambitions :

Question : "Il y a un mot qu'on n'a pas prononcé ici mais qu'on prononce généralement à votre propos, c'est celui d'ambition...Est-ce que vous aimeriez être président de la République?

Valéry Giscard d'Estaing : "On ne doit pas se fixer des objectifs personnels en se disant 'J'occuperai telle fonction à telle date', il ne s'agit pas de cela. Il faut en réalité servir une politique. Mais c'est à la poursuite de cette tâche, à son développement, et à son succès que j'entends contribuer à tous les échelons de responsabilité auxquels le sort voudra bien me convier."

On le voit, les journalistes politiques n’ont pas forcément beaucoup changé en 50 ans ! Quant aux propos de Giscard, l’important n’est pas la personne mais la politique, voilà qui ressemble beaucoup aux propos tenus par Emmanuel Macron hier soir sur TF1.

La suite de la carrière de Giscard nous permet-elle d’imaginer celle de Macron ? Pas sûr. Pour la présidentielle de 1969, Giscard soutiendra finalement le candidat gaulliste, Pompidou, et il ne se lancera enfin qu’en 1974. Pas certain que Macron ait envie d’attendre 2022.

Emmanuel Macron le 31 août 2016 lors de la passation de pouvoir avec Michel Sapin à Bercy.
Emmanuel Macron le 31 août 2016 lors de la passation de pouvoir avec Michel Sapin à Bercy. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)