Chayma, 19 ans, étudiante : "Avec mes parents on va voter tous ensemble"

écouter (3min)

Tous les jours, Manon Mella donne la parole aux jeunes de 18-28 ans. Lundi 27 septembre, rencontre avec Chayma, 19 ans, étudiante à l'IUT de Paris-Nanterre.

Article rédigé par
Manon Mella - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Chayma, 19 ans, étudiante à l'IUT Paris-Nanterre. (MANON MELLA / FRANCEINFO)

Chayma, 19 ans, entame sa deuxième année d'études en Techniques de commercialisation à l'IUT de Paris-Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. Boursière, Chayma vit chez ses parents à Poissy (Yvelines). Elle réagit au débat qui a opposé Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour la semaine dernière et nous parle de l'importance du vote dans sa famille, où on ne rate jamais une élection. 

"On peut très bien être Français et avoir un prénom étranger"

"Je me sens bien dans la société pour l'instant même s'il y a certaines thématiques qui m'attristent", dit-elle en faisant référence au débat qui a opposé Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour, jeudi 23 septembre. "C'était vide. J'avais l'impression d'entendre à chaque fois les mêmes choses : immigration, islam, islam, immigration", ajoute-t-elle, avec lassitude. Chayma confie être "habituée à entendre ce genre de débat". 

Chayma réagit à la proposition du polémiste Eric Zemmour d'inscrire dans la loi l'obligation de donner à son enfant un prénopm dit "français" : "On peut très bien être français et avoir un prénom étranger, c'est ce qui fait la richesse de notre pays. Cela me rend triste de savoir qu'on en arrive là pour déterminer ce qu'est un citoyen français".

"La meilleure manière de s'engager en politique c'est par le vote"

Chayma, étudiante

à franceinfo

Chayma attend d'un président qu'il soit à l'écoute des jeunes. Elle aimerait "demander aux dirigeants" s'ils ont déjà essayé d'appeler le Crous de Versailles ou de Paris. "Cette année j'en ai fait les frais", dit-elle. "Je suis boursière mais je n'ai toujours pas de bourse à cause d'un problème technique qu'ils ne parviennent pas à régler", explique Chayma.

"Quand il y a des votes à faire, mes parents m'appellent et on va voter tous ensemble"

Chayma a déjà voté aux élections intermédiaires. "Je me sens concernée. Je trouve ça important", insiste-t-elle. "Quand il y a des votes à faire mes parents m'appellent et on va voter tous ensemble", raconte l'étudiante qui a voté aux dernières élections municipales et régionales. "Il y avait un maire qui ne me plaisait pas trop dans ma ville, j'ai voté pour le candidat écologiste et il a été élu. J'en suis très contente", dit-elle avant de conclure : "Le vote c'est très important. Il faut voter qu'on soit jeune ou vieux".

Quant à l’élection présidentielle de 2022, Chayma veut, avant de se prononcer, attendre d’en savoir sur les programmes qui l’intéressent beaucoup plus que les candidats et les partis politiques.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Génération 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.