Cet article date de plus de deux ans.

Comment lutter contre la dénutrition et comprendre ses conséquences surtout quand on vieillit

En France, 670 000 personnes âgées souffrent de la dénutrition à domicile comme en établissement. 

Article rédigé par France Info, Frédérique Marié
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Bien s’alimenter au quotidien pour bien vivre et bien vieillir. (Illustration) (FABIO CAPRARI / EYEEM / GETTY IMAGES)

Du 12 au 20 novembre, c'est la semaine nationale de la dénutrition. 670 000 personnes âgées souffrent de cette situation qui peut être aggravée par l'isolement social, qui prive de liens sociaux et de moments de convivialité.

Qu’est-ce que la dénutrition ?

On est dénutri quand on ne mange pas assez par rapport à ses besoins. On perd du poids, des muscles et de la force. La dénutrition concerne tous les âges : enfants, adultes et personnes âgées.

Les personnes hospitalisées sont très touchées : celles présentant une perte d’autonomie, souffrant d’une maladie chronique, d’un cancer, d’une maladie aiguë grave ou d’un Covid long. La dénutrition, c'est une maladie. 

Pourquoi est-ce grave ?

On risque un affaiblissement de l’immunité avec risque d’infection, un affaiblissement physique aussi avec perte de force, difficulté à la marche, chutes, fractures… Mais aussi cela peut provoquer une baisse du moral, et de la dépression et les professionnels ont pu noté une aggravation des maladies chroniques et de la dépendance.

Bien s’alimenter au quotidien, se faire plaisir avec trois repas/jour et pourquoi pas un goûter, c'est l'idéal. Il est conseillé d'adapter les portions à votre appétit et d'avoir une activité régulière : marcher, jardiner, monter/descendre les escaliers, promener son chien…

Des livres sur le vieillissement 

 Depuis une vingtaine d’années, les ouvrages concernant le vieillissement et ses conséquences se multiplient.

Comment lutter contre la dénutrition (IN PRESS)

Le livre Bien vieillir, bien vivre, bien vieillir ! aux Editions In Press, explore toutes les réalités et des solutions pour bien vieillir.Cuisiner, manger, se nourrir restent des plaisirs  en vieillissant et ses plaisirs doivent être partagés pour avoir des effets positifs sur la santé.

On peut aussi débuter une activité physique après 65 ans, et améliorer sa qualité de vie. Non, il n’est jamais trop tard pour faire un travail psychologique sur soi. Oui, on peut toujours découvrir et apprendre.

Dans ce livre de Patrick Serog et Roselyne Levy-Basse, respectivement médecin nutritionniste et psychologue, psychanalyste, les deux auteurs proposent des conseils pratiques, des astuces nutritionnelles et gustatives, des témoignages pour éviter absolument les écueils de la dénutrition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.