France Info numérique, France info

Santé connectée: des nouvelles peu rassurantes

Aujourd'hui: des rumeurs d'entente entre Apple et les entreprises d'assurance, Sony victime d'une attaque en ligne et la Chine qui va lancer son propre système d'exploitation.

(Les données de santé intéressent les assurances privées. © REUTERS/Steve Marcus)

 Que retenir de l'actualité connectée du jour ? Outre les nombreuses discussions et spéculations sur le remaniement gouvernemental en cours, France Info vous fait son résumé.

Santé connectée: rumeurs orweliennes

C'est l'une des mannes financières à venir. Avec l'explosion annoncée des objets connectés, au premier rang desquels on retrouve les bracelets de santé, le marché de la santé en ligne devrait connaître de belles heures. Toutes les entreprises majeures du numérique s'y sont mises, poussées à priori par de nobles sentiments concernant notre bien-être collectif. Malheureusement, ce serait faire preuve d'une grande naïveté que d'imaginer qu'il s'agit là de leur seule ambition. L'agence Bloomberg affirme qu'Apple aurait récemment mené des discussions avec deux des principales entreprises d'assurances santé privées des Etats-Unis, afin de voir comment les données collectées par l'entreprise auprès des utilisateurs de son application Health pourraient servir à l'élaboration de contrats d'assurance sur-mesure.

Selon Bloomberg, cela pourrait déboucher sur un système orwellien où les comportements "à risques" (tabac, alcool, absence de sport...) seraient pénalisés en temps réel, les usagers ayant un mode de vie jugé sain ayant, de leur côté, des avantages en échange. Une perspective d'autant plus effrayante qu'elle pourrait séduire quelques employeurs. Aux Etats-Unis, ce sont eux qui règlent la facture des mutuelles, et la tentation pourrait donc être grande de contraindre les salariés à se maintenir en forme, en contrôlant le tout via des bracelets. C'est, dans une moindre mesure, ce qu'a fait l'entreprise BP en distribuant 25.000 bracelets connectés pour lutter contre l'obésité...

Sony victime d'une attaque

La plateforme de jeu en ligne Playstation Network a été la victime d'une attaque DDOS ce week-end. Ce grand classique du hacking, appelée aussi "attaque en déni de service", consiste à faire planter les serveurs d'une cible en la saturant de requêtes factices. D'autres services de jeu ont été touchés (dont Battle.net, de l'éditeur Blizzard). L'attaque a pris par la suite une tournure très concrète, puisque l'avion qui transportait l'un des cadres dirigeants de Sony a du être détourné suite à une fausse alerte à la bombe.

L'ensemble de ces attaques a été revendiqué par un groupe de hackers baptisé , qui affirment soutenir l'Etat Islamique. Un autre hacker du nom de , apparemment membre d'Anonymous, a également revendiqué l'attaque, annoncant au passage son intention de cibler la XBox de Microsoft. Le FBI a, selon Sony, ouvert une enquête.

La Chine veut son indépendance numérique

Très critique envers le monopole américain sur le numérique, la Chine annonce le lancement prochain de son propre système d'exploitation, sensé remplacer à terme Windows, l'iOS d'Apple ou l'Android de Google. D'abord disponible en version PC pour le mois d'octobre, COS (pour "Chinese Operationg System") devrait apparaître en version mobile à l'horizon 2015-2016. Une boutique en ligne d'applications devrait voir le jour également. La Chine souhaite ainsi se positionner sur ce marché très stratégique économiquement parlant, et aussi, sans doute, se prémunir de tout cyberespionnage, tant il est vrai que les autorités du pays ont encore en travers de la gorge les révélations d'Edward Snowden sur l'étendue des systèmes de surveillance américains l'an passé.

(Les données de santé intéressent les assurances privées. © REUTERS/Steve Marcus)