France Info numérique, France info

Interrogation sur le "jeu des 72 heures"

Il a tous les atours d'un hoax, mais de nombreux parents inquiets continuent de propager la rumeur de son existence sur le web.

(Le défi circulerait sur les réseaux sociaux, mais aucune preuve tangible de son existence n'a pour l'instant émergé © REUTERS /Dado Ruvic)

 Tout démarre avec un fait-divers, dans le Nord de la France. Emma, 13 ans, disparaît durant trois jours avant de revenir chez ses parents, à qui elle explique s'être volontairement cachée pour participer à un jeu viral sur le net, le "jeu des 72 heures". Comme l'expliquent nos confrères de 20Minutes , cela fait un certain temps maintenant que l'existence présumée de ce jeu est relayée par des parents inquiets, sans doute échaudés par les précédents jeux d'ados du web, et leurs conséquences parfois dramatiques.

Seulement voilà : un énorme doute subsite quant à la réalité de ce jeu. La police elle-même doute de son existence, expliquant qu'aucune affaire de disparition - exception faite de celle d'Emma bien sûr - n'a pu être reliée à un quelconque défi sur le net. De même, mis à part chez les adultes inquiets, difficile de trouver trace sur les réseaux du fameux jeu. S'agirait-il d'un hoax transformé désormais en excuse toute faite pour ado fugueur ? Difficile à dire, mais la psychose qui s'installe chez certains parents mérite que l'on s'attache à préconiser la prudence, notamment en ne relayant pas les messages, parfois très alarmistes, qui circulent sur le web à ce sujet, et en signalant sur la plateforme Pharos tout propos paraissant encourager ce "jeu".

Dans France Info Numérique, nous avons également évoqué les aides à la presse européenne débloquées, une nouvelle fois, par Google; la maman de Baltimore devenue une star du web; les aubergines d'Instagram; le premier site de cobaturage (comprenez : du covoiturage, mais avec des bateaux) et la bonne idée du jour : un selfie colectif sur les rails du train, qui cause des retards et agace tout le monde au passage...

(Le défi circulerait sur les réseaux sociaux, mais aucune preuve tangible de son existence n'a pour l'instant émergé © REUTERS /Dado Ruvic)