franceinfo junior , France info

franceinfo junior. La situation des Rohingyas expliquée à des collégiens

Des collégiens ont voulu parler des Rohingyas, refugiés au Bangladesh. Pour leur répondre, Olivier Guillard, directeur de recherche Asie à l'IRIS.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoCéline AsselotEstelle FaureRadio France

Mis à jour le
publié le

Des jeunes Rohingyas font la queue  pour obtenir des secours dans un camp de réfugiés à Cox\'s Bazar, au Bengladesh, le 27 novembre 2017.
Des jeunes Rohingyas font la queue  pour obtenir des secours dans un camp de réfugiés à Cox's Bazar, au Bengladesh, le 27 novembre 2017. (ED JONES / AFP)

"Je suis dans le plus grand camp de réfugiés au monde où vivent les Rohingyas." Fin novembre, dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, Omar Sy alertait sur le sort des Rohingyas, minorité musulmane persécutée en Birmanie. Dans cette vidéo intitulée "Ensemble tout est possible", l'acteur apparaissait devant des abris de fortune au Bangladesh avant de lancer un appel à la mobilisation sur les réseaux sociaux pour collecter des fonds et faire tourner l'information. D'autres vidéos et posts ont suivi pour maintenir la mobilisation. Une initiative lancée par la Love Army, créée par la star des réseaux sociaux, Jérôme Jarre. D'autres personnalités ont rejoint la cause et partagé l'appel aux dons. Lundi 8 janvier, le collectif avait réussi à lever près de 2,1 millions de dollars sur la plateforme GoFundMe.

Au moins 6 700 Rohingyas ont été tués entre fin août et fin septembre au cours d'une opération de l'armée birmane, selon une estimation publiée jeudi 14 décembre par Médecins sans frontières (MSF). En août, des attaques rebelles contre des postes de police avaient déclenché une répression de la part de l'armée. Celle-ci est accusée d'incendier des villages et de s'en prendre aux civils, comme l'explique cet article de notre rédaction et de l'AFP. Près de 700 000 Rohingyas ont ainsi fui la Birmanie pour rejoindre le Bangladesh voisin, dans des conditions difficiles. Certains se retrouvent dans des camps de fortune, comme en témoignent ce médecin et ce reportage d'Envoyé Spécial.

Apparemment, ce n'est pas vu comme un génocide, pourquoi ? Est-ce qu'il pourrait y avoir une paix entre les Rohingyas et ceux qui les tuent ?

Un médecin

Sur France 2

Au micro de franceinfo junior aujourd'hui, des collégiens de Paris qui sont venus enregistrer leur émission depuis un studio de Radio France. Pour leur répondre, Olivier Guillard, géopolitologue, directeur de recherches  "Asie" à l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques).

Ces élèves de cinquième ont enregistré leur émission depuis un studio de Radio France. A cette occasion, ils ont aussi visité la rédaction de franceinfo.
Ces élèves de cinquième ont enregistré leur émission depuis un studio de Radio France. A cette occasion, ils ont aussi visité la rédaction de franceinfo. (franceinfo junior / Radio France)

À réécouter sur franceinfo junior ►►►

► Des enfants ont posé des questions sur le rallye Dakar

Pour aller plus loin ►►►

► Quel avenir pour les enfants rohingyas ? A lire sur le site d'actualités pour enfants, 1jour1actu

Le "concours franceinfo junior"

► Depuis septembre, l'émission franceinfo junior organise des ateliers à Radio France : avec leur classe, les enfants viennent en studio pour interviewer un-e invité-e ou un-e journaliste sur un sujet d'actualité. C’est aussi l’occasion pour eux de visiter la rédaction de franceinfo et de découvrir comment fonctionne un studio, une régie, de rencontrer des journalistes. Les ateliers sont ouverts aux classes du CM2 à la 5e. Pour postuler à l'un des créneaux disponibles, vous pouvez consulter les modalités de participation sur cette page. Prochain atelier : le 5 février !

 

Des jeunes Rohingyas font la queue  pour obtenir des secours dans un camp de réfugiés à Cox\'s Bazar, au Bengladesh, le 27 novembre 2017.
Des jeunes Rohingyas font la queue  pour obtenir des secours dans un camp de réfugiés à Cox's Bazar, au Bengladesh, le 27 novembre 2017. (ED JONES / AFP)