Vers un deuxième été sous le signe du Brexit au Royaume-Uni

écouter (3min)

Le divorce de l'Union européenne complique toujours les choses pour les sociétés outre-Manche, en particulier pour faire venir de la main-d'œuvre d'Europe, comme en témoigne la directrice du Club Med pour toute l'Europe du Nord, basée à Londres.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Depuis la sortie du Royaume-Uni de l’Europe, effective depuis le 31 janvier 2020, le gouvernement britannique a établi un système à points pour les candidats les plus compétents, comme aux États-Unis ou au Canada. (Illustration) (DANIEL LIMPI / EYEEM / GETTY IMAGES)

Le Royaume-Uni est le troisième marché en Europe, derrière la France et la Belgique, pour le Club Med. Pour Estelle Giraudeau, directrice pour toute l’Europe du Nord depuis Londres, près d’un an et demi après le déclenchement du Brexit, sans surprise, comme dans tout le secteur du tourisme, c’est au niveau des recrutements que le bât blesse pour la marque au trident :

"On a une pénurie de candidats sur certains postes, sur des salaires un peu plus bas que des positions managériales. C’est un réel frein à la production pour nous." 

Car depuis la sortie du Royaume-Uni de l’Europe, effective depuis le 31 janvier 2020, le gouvernement britannique a établi un système à points afin de privilégier les candidats les plus compétents, comme aux États-Unis ou au Canada.

Estelle Giraudeau à Londres : "On a une pénurie de candidats sur certains postes" (Photo Club Med)

Seize nouveaux villages

Plus question de se rentre à Londres pour y travailler sans un visa, que les entreprises doivent financer pour tous les collaborateurs européens qu’elles veulent faire venir sur les rives de la Tamise, ce qui représente un coût non négligeable, même pour des stagiaires.

"Pour nous, le sujet est important parce que les stagiaires font vraiment partie de l’équipe, ce sont de vraies ressources et on doit financer un visa pour eux aussi, même s’ils ne restent que six mois." 

Le Club Med espère clore bientôt cette période noire. En dehors de l’Asie, où il est toujours au ralenti, le groupe, dont le propriétaire est désormais le chinois Fosun, espère à la fin du premier semestre de cette année un retour à son niveau d’activité de 2019. Il prévoit même l’ouverture de 16 nouveaux villages d’ici à l’an prochain.

Aller plus loin 

Retrouvez cette chronique sur le site, l'appli et dans le magazine de la mobilité internationale Français à l'étranger.fr

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.