Cet article date de plus de six ans.

Vacances nature en Guadeloupe

écouter
Anne Marty a ouvert il y a près de 20 ans dans l'ouest de Grande Terre les « gîtes des Cocotiers », deux petits bungalows au plus près de la nature, pour touristes en quête d'authenticité et de simplicité. La Française a su créer toute une petite communauté autour de ses hébergements.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (Anne Marty en Guadeloupe © Emmanuel Langlois / Radio France)
FRANÇAIS DU MONDE 08.02.2015 08/02/15 GUADELOUPE
écouter

Ne cherchez pas de boîte de nuit ou de casino!  Ici, à Vieux-Habitants, au cœur du Parc national, il y a un village, une cocoteraie, la mer et les deux gîtes qu'Anne Marty propose aux touristes. "Ceux qui viennent se perdre ici, au bout d'une piste, témoigne la Française, ils fuient le monde ! Ils ont envie de calme, de repos, d'apprendre des choses et d'être en contact avec la nature".  L'an dernier, Anne a aménagé dans son jardin un carbet, une sorte de bivouac couvert avec un plancher. "Il y a des gens qui dorment là, juste pour entendre le bruit de la mer, les oiseaux, les insectes le soir. Ils sont juste sous une moustiquaire pour éviter de se faire dévorer! Peut-être que bientôt, ils vont préférer ça que le gîte ".

Anne Marty dit que le comportement des touristes en Guadeloupe a changé, qu'ils ne viennent plus uniquement pour les plages et le soleil, et que l'incompréhension a cédé la place à la curiosité : "Les gens sont en quête de plus d'authenticité, de rencontrer les personnes et d'échanger. On n'est pas condescendants. Demandez à un Guadeloupéen comment poussent ses bananes, comment il pêche, il est super-content d'expliquer dans la mesure où vous ne le jugez pas". 

Installée depuis bientôt 20 ans en Guadeloupe, Anne Marty s'est vite accoutumée à la vie dans l'archipel, comme la relation particulière des gens à ce qui les entoure: "Quand vous regardez les gens à la rivière dans le Parc national, ils ne se baignent pas comme nous en métropole, ce n'est pas juste «je consomme un bain, c'est je me connecte à la nature, je m'immerge, je souffle. Il se passe autre chose". Ici, dit encore Anne, on vit dedans-dehors et le matériel a beaucoup moins d'importance. Parce que du jour au lendemain, un cyclone peut tout emporter, y compris le toit que vous aviez sur la tête. A Vieux-Habitants, Anne Marty est engagée dans le tourisme responsable et durable : elle produit elle-même son électricité et chauffe son eau grâce à l'énergie du soleil. Pas de climatisation mais une ventilation naturelle. Elle a créé autour de ses deux gîtes une petite communauté dans le village. "On pense aussi à l'économie autour, ceux qui sont en amont et en aval. Moi, j'ai de l'hébergement mais pas de restaurant, j'ai besoin des autres".  Et des poissons que rapporte son mari marin-pêcheur !

 (Orage en vue sur Basse-Terre © Radio France / Emmanuel Langlois)

Grandie dans l'Aude, près de Narbonne, Anne était déjà dans le tourisme avant de s'installer dans la Caraïbe: "Je travaillais dans un hôtel-club, explique-t-elle, mais je ne voulais surtout pas refaire la même chose. Je me suis dit «je vais monter mon truc moi-même» mais en métropole, c'était difficile parce que saisonnier, trois mois par an, alors qu'ici, c'est toute l'année" . A 300 euros la semaine avec petit déjeuner créole, les deux gîtes des «Cocotiers» sont souvent occupés. Les gens y restent en moyenne 10 jours. Quand ils partent à la journée, c'est pour une randonnée sur les pentes du volcan de la Soufrière, tout proche, ou à la découverte des autres îles de l'archipel, les Saintes, la Désirade ou Marie-Galante. 

Les gîtes « les Cocotiers » à Grande-Terre  

 (sdgyhgfjgfhfdhgfh)
Aller en vacances en Guadeloupe avec Corsair. CORSAIR a mené un ambitieux programme de transformation, de montée en gamme  et de renouvellement de sa flotte. Illustration de transformation de Corsair, le produit au sol a été repensé. Au-delà du réaménagement de ses zones d’enregistrement ou des salons privatifs dédies à sa clientèle premium sur la quasi-totalité de ses escales, Corsair propose à ses clients de bénéficier de l’enregistrement par Internet, d’une offre de bagages supplémentaire,  ou encore de la pré-réservation des produits Duty Free. 

Acteur  historique sur les Antilles  et compagnie aérienne 100% régulière,  CORSAIR dessert la Guadeloupe à raison d’un vol quotidien , opéré en B747 ou en A330. Grâce au partenariat signé avec Air Antilles Express, les clients de la compagnie ont  l’opportunité de rejoindre les îles de St Martin, St Barthélémy et St Lucie. 

 (© Corsair)
Retrouvez cette chronique sur Vivre à l'Etranger.com, le site de la mobilité internationale du groupe Studyrama

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.