Français du monde, France info

Français du monde. Expatriés : la fin d’une époque

Finis les contrats en or avec loyer, chauffeur, personnel de maison et l'école des enfants payés par l’entreprise. D'ailleurs, on ne parle plus d'expatriation mais de mobilité internationale.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Hélène Ferrer et Eric Salvat dans le lobby de l\'hôtel Novotel Warszawa Centrum : \"Les jeunes ont moins d\'engagement. Ils viennent à nos événements mais pas systématiquement et pas seulement\"
Hélène Ferrer et Eric Salvat dans le lobby de l'hôtel Novotel Warszawa Centrum : "Les jeunes ont moins d'engagement. Ils viennent à nos événements mais pas systématiquement et pas seulement" (Photo Emmanuel Langlois)

Nomades numériques, ordinateur dans le sac à dos, les jeunes diplômés se jouent aujourd’hui des frontières. Du coup, les associations de Français de l’étranger doivent faire preuve d’imagination pour attirer et fidéliser de nouveaux membres.

L'espace de travail partagé, de cotravail, au dernier étage d'un immeuble d'allure soviétique du centre de Varsovie, grouille de jeunes étrangers. Les bureaux sont modernes, l'accueil est soigné. On se croirait dans le hall d’un grand hôtel. On y croise un peu toutes les nationalités. On estime à 10 à 12 000 le nombre de Français vivant en Pologne. D’ailleurs, on ne parle plus d’expatriation mais de mobilité internationale. Les profils ont changé.

Le centre moderne de Varsovie.
Le centre moderne de Varsovie. (Photo Emmanuel Langlois)

"Les entreprises françaises présentes ici finissent par embaucher des Polonais dans leur encadrement, explique Éric Salvat, président de l'Union des Français de l’étranger (UFE) à Varsovie. Les expatriés de la première heure choisissent souvent de rester, soit ils sont employés en contrat local, soit ils créent leur entreprise. C'est très facile ici, les besoins en capitaux ne sont pas très importants."

Beaucoup de Français viennent travailler en Pologne dans les "BPO", les centres de comptabilité ou d'appels à distance. Problème, pour les associations, ces jeunes ont tendance, plus que leurs aînés, à papillonner : "Ils ont moins d'engagement. Ils viennent à nos événements mais pas systématiquement et pas seulement. Ils gardent un lien avec nous mais ne prennent pas forcément d'adhésion."

Le centre historique de Varsovie. Avec une économie au beau fixe depuis quinze ans et une hausse moyenne des salaires de 7 % chaque année, la Pologne vit grâce aux subventions européennes.
Le centre historique de Varsovie. Avec une économie au beau fixe depuis quinze ans et une hausse moyenne des salaires de 7 % chaque année, la Pologne vit grâce aux subventions européennes. (Photo Emmanuel Langlois)

Créer une offre intéressante

À Varsovie Accueil aussi, on constate ces changements chez les nouveaux arrivants : "Les conjoints jeunes qui arrivent ont souvent envie de travailler, reconnaît la présidente, Hélène Ferrer. Et puis la ville de Varsovie est très sûre et facile à vivre, Beaucoup de Français se débrouillent par eux-mêmes. Les associations doivent trouver un nouveau mode de fonctionnement pour attirer ces populations."

En organisant par exemple des événements plus festifs, comme des "afterworks", des apéritifs le soir après le travail. L’idée est aussi de faire rencontrer aux nouveaux venus des anciens bien installés. "On doit s’adapter, reconnaît-elle, éventuellement leur proposer une aide pour monter leur société ou se faire du réseau dans le pays."

Le stade national de Varsovie est le plus grand stade polonais multi-usages. Il a été édifié sur la rive droite de la Vistule. Sa façade évoque le drapeau national de la Pologne flottant dans l\'air (blanc et rouge).
Le stade national de Varsovie est le plus grand stade polonais multi-usages. Il a été édifié sur la rive droite de la Vistule. Sa façade évoque le drapeau national de la Pologne flottant dans l'air (blanc et rouge). (Photo Emmanuel Langlois)

Difficulté supplémentaire : en Pologne, pays grand comme l’Espagne, les Français ne vivent pas tous à Varsovie. On en croise beaucoup aussi dans les rues de Cracovie, Poznań ou Gdansk.

"Du coup, explique M. Salvat, le seul moyen de les toucher, c’est d’ouvrir des représentations dans ces villes-là et de trouver les leaders pour les diriger. Il faut créer une offre intéressante pour eux. Ils sont non seulement peu écoutés parce qu’ils ne sont pas dans les capitaux, mais aussi peu représentés dans les différents événements nationaux."

 Les concurrents les plus sérieux pour ces associations traditionnelles, ce sont finalement les réseaux sociaux sur internet, comme Facebook ou Twitter.

Ecrire à Eric Salvat : eric.salvat@ufepologne.pl

Ecrire à Hélène Ferrer : accueilvarsovie@gmail.com

Le nouveau quartier branché de Praga à Varsovie, sur la rive droite de la Vistule, un des seuls à ne pas avoir été détruit pendant la guerre. On y trouve d\'anciens hangars industriels (ou distilleries de vodka) transformés en restaurants et galeries de tous genres.
Le nouveau quartier branché de Praga à Varsovie, sur la rive droite de la Vistule, un des seuls à ne pas avoir été détruit pendant la guerre. On y trouve d'anciens hangars industriels (ou distilleries de vodka) transformés en restaurants et galeries de tous genres. (Photo Emmanuel Langlois)

Aller plus loin 

Varsovie Accueil, l'accueil francophone à Varsovie

L'UFE Pologne (Union des Français de l'étranger)

Retrouvez cette chronique sur le site et dans le magazine de la mobilité internationale Français à l'étranger.fr

Hélène Ferrer et Eric Salvat dans le lobby de l\'hôtel Novotel Warszawa Centrum : \"Les jeunes ont moins d\'engagement. Ils viennent à nos événements mais pas systématiquement et pas seulement\"
Hélène Ferrer et Eric Salvat dans le lobby de l'hôtel Novotel Warszawa Centrum : "Les jeunes ont moins d'engagement. Ils viennent à nos événements mais pas systématiquement et pas seulement" (Photo Emmanuel Langlois)