Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... Le Fonds européen d'aide aux plus démunis

En lançant leur 33e campagne d'hiver, les Restos du cœur ont rappelé l'importance de l'action des pouvoirs publics, notamment via le FEAD. franceinfo s'arrête sur les objectifs et le fonctionnement de ce Fond européen d'aide aux plus démunis. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Emilie GautreaufranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Des volontaires des Banques Alimentaires, de la Croix Rouge, des Restos du Coeur et du Secours Populaire mobilisés pour obtenir un maintien des fonds en faveur de l\'aide alimentaire européenne, en 2013, à Avignon, juste avant l\'adoption du Fonds Européen d\'Aide aux plus Démunis. 
Des volontaires des Banques Alimentaires, de la Croix Rouge, des Restos du Coeur et du Secours Populaire mobilisés pour obtenir un maintien des fonds en faveur de l'aide alimentaire européenne, en 2013, à Avignon, juste avant l'adoption du Fonds Européen d'Aide aux plus Démunis.  (BORIS HORVAT / AFP)

Un soutien financier aux actions menées dans les pays de l'Union

Les Etats membres de l'Union Européenne se sont engagés à sortir, d'ici 2020, de la pauvreté et de l'exclusion sociale, 20 millions de personnes en Europe. C'est dans ce contexte qu'a été adopté, début 2014, le Fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD).

Il a succédé à un programme qui existait depuis 1987 – suite à une intervention de Coluche devant les députés européens – et qui consistait à distribuer à des associations caritatives le surplus de production issu de la politique agricole commune (PAC).

Le nouveau programme fonctionne différemment. L'idée est de soutenir des actions menées dans les Etats membres, qui peuvent passer par une assistance matérielle – dons de denrées alimentaires, de vêtements et de biens de première nécessité – ou par des actions sociales : aides pour l'accès au logement, à l'emploi etc.

Des fonds alloués aux Etats, une gestion qui leur est déléguée

3,8 milliards d'euros ont été alloués au Fonds pour la période 2014-2020. Chaque Etat membre s'est ensuite vu attribuer une enveloppe pour cette période. Les Etats sont libres de décider comment ils utilisent ces ressources et de choisir les organisations partenaires. L'utilisation des fonds se fait dans le cadre de programmes précis, définis sur six ans et contrôlés par la Commission européenne. Les Etats s'engagent à co-financer ces programmes à hauteur de 15% du total.

La France a par exemple obtenu un budget de près de 500 millions d'euros pour la période 2014-2020, auxquels s'ajoutent 88 millions d'euros de crédits nationaux.

Le gouvernement français a choisi que ces crédits restent exclusivement consacrés à l'achat, ainsi qu'au transport, au stockage et à la distribution de denrées alimentaires.

L'organisation FranceAgriMer sert d'intermédiaire et achète les denrées qui sont ensuite livrées à des organisations partenaires habilitées. Quatre associations en bénéficient depuis 2014 : la Fédération française des Banques alimentaires, la Croix-Rouge, Les Restos du cœur et le Secours populaire.

L'an dernier par exemple, un peu plus de 69 000 tonnes de denrées alimentaires ont été livrées à ces quatre organisations pour un montant total de dépenses acquittées de plus de 64,8 millions d'euros.

Le Fond européen d'aide aux plus démunis représente près de 30% des denrées distribuées par les organisations partenaires. C'est la première source d’approvisionnement de ces associations.

Des volontaires des Banques Alimentaires, de la Croix Rouge, des Restos du Coeur et du Secours Populaire mobilisés pour obtenir un maintien des fonds en faveur de l\'aide alimentaire européenne, en 2013, à Avignon, juste avant l\'adoption du Fonds Européen d\'Aide aux plus Démunis. 
Des volontaires des Banques Alimentaires, de la Croix Rouge, des Restos du Coeur et du Secours Populaire mobilisés pour obtenir un maintien des fonds en faveur de l'aide alimentaire européenne, en 2013, à Avignon, juste avant l'adoption du Fonds Européen d'Aide aux plus Démunis.  (BORIS HORVAT / AFP)