Cet article date de plus de six ans.

Expliquez-nous… le Flash-Ball

écouter (5min)
Le ministère de l'Intérieur a rejeté mercredi l'idée d'un moratoire sur l'utilisation du Flash-Ball. Le défenseur des Droits, Jacques Toubon, préconisait l'interdiction de cette arme. France Info vous rappelle ce qu’est le Flash-Ball.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Le Flash-Ball "superpro" utilisé en France © Maxppp)

Le Flash-Ball est une arme non létale, c'est-à-dire qu'elle n'est pas censée tuer. Elle lance des balles en caoutchouc, des balles colorantes, des chevrotines ou des balles lacrymogènes. Le Flash-Ball utilisé par la police et la gendarmerie en France est le "superpro", il a deux canons superposés.

 

Flash-Ball est une marque déposée, cette arme est fabriquée en France par Verney-Carron, une entreprise basée à Saint-Etienne. C'est une invention française, celle de Pierre Richert, un expert en balistique qui l'a créée en 1990. Elle est utilisée depuis 1995 en France. Selon lui le Flash-Ball est une arme "capable de stopper net un agresseur sans le tuer, ni le blesser " car les balles s'écrasent et ne perforent pas.

Victimes

Pourtant le Flash-Ball est souvent critiqué. Une vingtaine de blessés depuis 2004 et un mort. En 2010 à Marseille, un homme avait été blessé au thorax alors que la police tentait de contenir une rixe, il était mort quelques jours plus tard. Le plus souvent les tirs de Flash-Ball blessent les yeux. Au moins trois personnes ont perdu un œil.

 

En mars dernier, le procès de deux policiers auteur d'une bavure à Montreuil a eu lieu. Geoffrey, 16 ans, avait été blessé à l'œil en 2010. Un des deux policiers a été condamné à un an de prison avec sursis.

Consignes d'utilisation

Il est interdit de viser la tête et la distance minimale doit être de 7 mètres. Les policiers avouent ne pas être assez formés. La Commission nationale de déontologie de la Sécurité déconseille de l'utiliser pendant les manifestations car il n'est pas très précis. Les membres de la commission concluent que "les risques qu’un projectile atteigne une personne se trouvant à proximité de la personne ciblée ou bien touche la personne ciblée à un endroit vulnérable de son organisme sont donc importants, notamment lorsque le Flash-Ball est utilisé lors d’un rassemblement compact de manifestants ".

 

Le fabricant de Flash-Ball se défend. Il explique qu'il y a un amalgame entre son produit et un autre, qu'on appelle Lanceur de balle de défense (LBD) 40/46. Cette arme, produite en Suisse, ressemble à une mitraillette et est utilisée en France depuis 2007. La différence entre les deux ? Le Flash-Ball superpro est une arme de courte distance et le Lanceur de balle de défense 40 a une portée longue distance. Les deux sont utilisés par la police française. En 2014, le Flash-Ball a été utilisé 556 fois et le modèle s'exporte bien : Venezuela, Canada, Mexique… 80% des Flash-Ball fabriqués sont exportés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.