Tir de flashball : un an de prison avec sursis pour le policier

Lors d'une manifestation à Montreuil, en Seine-Saint-Denis en 2010, un policier avait grièvement blessé un lycéen, par un tir de flashball en plein visage. Le tribunal correctionnel de Bobigny l'a condamné à un an de prison avec sursis. Une autre affaire de flashball et de lycéen doit, elle, être jugée aux assises.

(Geoffrey, le lycéen blessé à l'oeil, lors de l'ouverture du procès le mois dernier © MaxPPP)

Une bavure au flashball - et l'une des premières condamnations policières : un policier, qui avait grièvement blessé au visage un lycéen, lors d'une manifestation en 2010, a été condamné à un an de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel de Bobigny lui a également interdit de travailler dans la police pendant un an, ni de porter une arme pendant deux ans.

Le policier avait tiré au flashball sur un lycéen, Geoffrey, qui manifestait devant son établissement. Hors de toute légitime défense, avait estimé lors du procès le procureur. Geoffrey avait les mains prises, en train de déplacer une poubelle. Pire, le policier avait ensuite rédigé des procès-verbaux mensongers pour se couvrir et incriminer sa victime.

La victime, Geoffrey, a souffert de fractures multiples au visage, et a dû subir six interventions chirurgicales pour sauver son oeil. Son état de santé n'est toujours pas stabilisé quatre ans après, même si les cicatrices, très impressionnantes après les faits, sont désormais discrètes.