Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... La ceinture de feu du Pacifique et l'activité volcanique en Indonésie

Alors que des dizaines de milliers de personnes ont, à Bali, été évacuées de la zone où se trouve le volcan Agung dont on redoute une éruption majeure, décryptage de franceinfo sur ce qu'est la "ceinture de feu" du Pacifique et ses répercussions en Indonésie. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le volcan Agung, le 26 novembre 2017 à Bali (Indonésie).
Le volcan Agung, le 26 novembre 2017 à Bali (Indonésie). (SONNY TUMBELAKA / AFP)


La ceinture de feu est un ensemble de volcans qui entoure, en arc, sur 40.000 kilomètres, l'océan Pacifique. Elle part de Nouvelle-Zélande, remonte vers les îles Tonga, l’Indonésie, puis le sud du Japon, se poursuit vers l'est de l’Alaska, avant de redescendre le long de la côte ouest du continent américain jusqu'en Amérique du Sud. 70% des volcans du monde y sont concentrés. Cette zone est aussi marquée par de fréquents séismes.

Tout cela s'explique par la subduction des plaques tectoniques -ces fragments de croûte terrestre qui se déplacent dans des directions différentes- Le fait qu'une plaque s'incurve et plonge sous une autre entraine plis, failles, tremblements de terre et activité volcanique.

L'Indonésie région la plus volcanique du monde

129 volcans -sur les 140 que compte l'Indonésie- sont en activité. Les 17.000 îles et ilôts de l'archipel sont situés sur la ceinture de feu. On estime qu'une centaine de millions d'Indonésiens vivent dans des zones à risque.

C'est en Indonésie que s'est produite l'éruption la plus violente des temps modernes: celle, en août 1883, du Krakatoa. Des cendres avaient été projetées à 27 kilomètres d'altitude. Une des explosions avait été entendue à 4000 kilomètres de là. Elle avait entrainé un tsunami de 40 mètres de haut. 36.000 personnes avaient été tuées.

En 1919, plus de 5.000 personnes ont été victimes de l'éruption du volcan Kelud, sur l'île de Java. 76.000 personnes y ont été évacuées en 2014.

En 2015, plus de 10.000 personnes avaient elles dû quitter leurs villages au pied du volcan Sinabung, au nord de Sumatra, lui aussi très actif et qui s'est réveillé en 2010 après 400 ans en sommeil.
Il y a 18 mois, des villages avaient été ensevelis. Sept personnes avaient été tuées

Le volcan Merapi est encore plus surveillé. Considéré comme l'un des plus dangereux et des plus actifs au monde, il est situé dans une zone très peuplée de Java et rejette régulièrement un mélange de débris et de gaz sulfuriques à plus de 800 degrés.

Une éruption du Mont Agung, dont on parle ces jours-ci, avait en 1963 fait près de 1600 morts. Il s'est réveillé il y a trois mois, gronde depuis et du magma est désormais remonté à la surface, avec des émissions de dioxyde de souffre.

La difficulté à anticiper et à faire évacuer les zones dangereuses

L'activité de ces volcans indonésiens est enregistrée en temps réel, mais les capacités d'anticipation dans cet archipel très étendu varient selon les régions. Jouent aussi les systèmes de croyances ancestrales liées aux volcans. Enfin, les villageois hésitent souvent à s'éloigner de régions aux sols rendus très fertiles par les cendres volcaniques.

La ceinture de feu du Pacifique
La ceinture de feu du Pacifique (LAURENCE SAUBADU, ALAIN BOMMENEL / AFP)

Le volcan Agung, le 26 novembre 2017 à Bali (Indonésie).
Le volcan Agung, le 26 novembre 2017 à Bali (Indonésie). (SONNY TUMBELAKA / AFP)