Expliquez-nous, France info

Expliquez-nous... Bouygues Telecom

Le conseil d'administration de Bouygues Telecom se réunit ce mardi, en fin d'après-midi, pour examiner l'offre de rachat déposée par le groupe Altice, maison mère de Numericable-SFR. Ce projet de rachat fait beaucoup parler depuis son annonce le week-end dernier.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(La façade de la tour Bouygues Telecom à Issy-les-Moulineaux © Christian Hartmann/Reuters)

Bouygues Telecom est né en 1994 . Le 3ème réseau de téléphonie est alors attribué au groupe Bouygues qui était en concurrence avec la Lyonnaise des eaux et Alcatel. Le marché est alors très prometteur. Il faut inventer, avancer très vite. Bouygues Telecom propose le premier forfait mobile en 1996. Suivent les premières offres illimitées et dans les années 2000 la fourniture d’accès à Internet...  

C'est l'âge d'or du mobile et des offres combinées, avec des marges très importantes pour les opérateurs. Bouygues Telecom est une entreprise très rentable, une "machine à cash " disent certains. Aujourd'hui, Bouygues Telecom couvre 72 % du territoire en 4G. Le groupe possède 550 boutiques ou point de ventes et emploie 8.000 salariés. En 2014, son chiffre d'affaires s'élevait à plus de 4 milliards d'euros.   

On dit Martin Bouygues très attaché à Bouygues Telecom 

C'est vrai ! C'est son bébé, son entreprise, sa création, le reste il en a hérité. Pas Bouygues Telecom. Le groupe Bouygues en est le propriétaire avec plus de 90% des actions. Le reste appartient à la holding Jean-Claude Decaux. Cela dit, pour beaucoup d'observateurs l'offre à 10 milliards ne peut pas se refuser. Il n'y a pas si longtemps, on lui proposait beaucoup moins. L'offre d'Altice Numericâble de 10 milliards aujourd'hui est  25% au dessus de l'estimation des marchés. On ne sait pas ce que Martin Bouygues pense exactement de cette offre mais il a toujours dit qu'il ne souhaitait pas céder sa filiale.  

Le secteur n'est plus aussi florissant qu'il y a quelques années 

 La rentabilité des opérateurs n'est plus ce qu'elle a été. Finies les marges importantes du début des années 2000, Free mobile est passé par là. Les tarifs des forfaits mobiles ont considérablement baissé : de l'ordre de 40% depuis l'arrivée de Free en 2012.  Bouygues Telecom a souffert, comme les autres. En 2014, Bouygues Telecom a perdu de l'argent : 45 millions d'euros. Bouygues s'est donc lancé dans une guerre des prix frénétique notamment dans le téléphone fixe. Beaucoup pensent donc que c'est le bon moment pour vendre, surtout à ce prix.    

(La façade de la tour Bouygues Telecom à Issy-les-Moulineaux © Christian Hartmann/Reuters)